Actualités - 3e mandat de Ouattara

Affaire 3ème mandat du président Ouattara : Un prêtre catholique catégorique : « Il n'y a pas de débat »


Publié le 11 Août 2020 à 14:58
Source: Autre Presse
1158

Photo d`archive utilisée juste a titre d`illustration

Qui pour sauver nos démocraties ? C'est ainsi qu'est intitulée la contribution du Père Donald Zagoré sur l'affaire du 3ème mandat du président Alassane Ouattara.

C’est malheureux que l’on veule réduire la vie des ivoiriens et l’avenir de la Côte d’Ivoire à un triste débat sur la constitutionnalité du 3e mandat du président Alassane Ouattara. Il n’y a pas de débat. La loi fondamentale de la Côte d’Ivoire ne permet ni dans l’esprit, ni dans la lettre au président de briguer un 3e mandat. C’est un fait. Pour cela évitons les polémiques. Le mal est meilleur.

Le problème des tripatouillages continus ou des interprétations abusives des constitutions sous nos tropiques en Afrique touche à une thématique fondamentale qui est celle du relativisme législatif et politique. Quand dans un système politique tout est relatif, le fondamental n’existe pas, on ne peut qu’assister à ce genre de dérives. Il n’y a qu’à observer la facilité avec laquelle s’opèrent les transhumances politiques pour comprendre la profondeur du mal qui ronge la Côte d’Ivoire en particulier et l’Afrique en général. On peut changer de partis politiques du jour au lendemain comme on change des chemises, on fait et défait des alliances politiques comme bon nous semble. Dans cette même lignée on peut dire et se dédire sans remord.

Avec une telle dynamique, on finit toujours par imposer la loi de la force au détriment de la force de la loi, parce qu’en substance, la loi n’a aucune force puisque constamment soumise aux aléas des humeurs des uns et des autres. Le mal est qu’on réduit tout simplement l’état de droit et démocratique à l’état de nature, un état où la violence règne en maître, où la loi du plus fort, je dirai même, l’humeur du plus fort est toujours la meilleur. Depuis 60 ans, le continent Africain subit le même désastre politique au grand malheur des populations qui doivent encore et encore sacrifier leurs vies pour espérer voir un jour souffler ce vent de la démocratie vraie.

Il faut une réforme de la politique Africaine. Une réforme qui place au cœur du jeu politique cette conscience du fondamental, au détriment de ce relativisme puéril  débridé de toute morale et de toute valeur. Tant que cette conversion politique ne s’opère pas, surtout au niveau de nos politiques, les peuples malgré les lourds défis existentiels qui pèsent sur leurs épaules, continueront à subir le martyr.




Laisser un commentaire

Coup de tonnerre/ Pour la première fois Ouattara envisage de reporter l'élection présidentielle...
Soro Guillaume appelle aux sanctions ciblées de l'ONU et de l'UE contre le régime ivoirien
Politique/ Rapports tendus avec la communauté internationale: ce que risque le régime Ouattara
Présidentielle 2020 : tout se complique pour Kouadio Konan Bertin dit KKB
Nul ne saura jamais exactement la cause de la haine que nourrit Hamed Bakayoko contre la famille Gon...

Autres articles