Actualités - Présidentielle 2020

Après l'annonce de son retrait de la présidentielle de 2020, Gon Coulibaly à Ouattara : «Ceux qui pensent que vous partez se trompent»


Publié le 09 Mars 2020 à 11:39
Source: lecourrierquotidien.com
1191

Autres Sources

Bien avant, le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly que beaucoup d'observateurs voient comme le favori et qui occupe le devant de la scène en sillonnant le terrain pour inaugurer des écoles, des pompes à eau ou électrifier des villages en vantant le bilan de son gouvernement, n'est pas resté sans réaction. Amadou Gon Coulibaly s’est dit rassuré parce qu'à l’annonce de cette décision, M. Ouattara a «heureusement» dit dans son message qu'il serait là pour ses conseils avisés et pour continuer de faire en sorte que le pays puisse continuer de bénéficier de ses relations. Selon le chef du gouvernement ivoirien, cette posture permettra d’assurer un «rôle de régulateur pour que la Côte d'Ivoire continue d’être dans la paix et la stabilité». Toutefois, «ceux qui pensent que vous partez, ils se trompent », a-t-il fait savoir remerciant le président pour son don de soi pour la Côte d'Ivoire. Pour le chef du gouvernement, «chacun apprécie à sa manière» cette «décision personnelle» qui a suscité une «émotion».

A LIRE AUSSI: La réponse cinglante d’un pro-Soro à Adjoumani : « si tu as été ingrat vis à vis de Bédié ce n’est pas à Soro que sera reconnaissant »

Âgé de 78 ans, le chef de l’État, à la tête de la Côte d'Ivoire depuis neuf (9) ans, a, pour sa part, invité les membres de son parti, le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (Rhdp), à choisir un «chef d’équipe» pour lui succéder.  «Ce qui importera le plus, autour de cette table, puisque vous êtes un gouvernement Rhdp, c’est l’union entre vous. C’est que vous soyez ensemble pour choisir le chef d’équipe qui va nous succéder», a déclaré M. Ouattara, à l’adresse des membres du gouvernement. «Parce que c’est dans l’union que vous réussirez ; si vous n’êtes pas unis, la Côte d’Ivoire aura des problèmes et ce sera votre responsabilité», a-t-il poursuivi.

Alassane Ouattara a, à cet effet, annoncé la tenue d’un conseil politique élargi de son parti le jeudi 12 mars à 17 heures, afin de pouvoir s’adresser aux membres de cette instance qui comprend les élus, ainsi que les coordonnateurs régionaux. Ce, afin d’expliquer à ceux-ci «les fondements de (sa) décision et dire aux membres du conseil politique du Rhdp » qu'il fait confiance à son parti, et qu'ils seront « unis pour cette bataille». «Ne pensez pas que nous serons au chômage, nous allons travailler et nous serons ici à vos côtés.

Je voudrais aussi que vous sachiez que notre décision de transmettre le pouvoir à une jeune génération est une volonté commune, nous croyons à ce que nous avons dit», a poursuivi le président ivoirien. Il s’est dit «heureux de ce que la Côte d'Ivoire est devenue aujourd'hui», tout en se félicitant du bilan affiché qui est le fruit de chacune et chacun de ses collaborateurs, des membres du gouvernement, des institutions et surtout de l’ensemble des Ivoiriens. « Ce que nous avons réussi ensemble au cours de ces neuf dernières années est vraiment remarquable et moi je voudrais vous remercier de la confiance qui m’a été faite par nos compatriotes et par vous autour de cette table», a-t-il affirmé.

A LIRE AUSSI: Côte d’Ivoire : Le PDCI déchire la proposition d’un poste à la CEI par Ouattara, « c’est de la diversion »

Constitution. Le Conseil des ministres extraordinaire avait un seul point à l'ordre du jour : mesures générales incluant un projet de loi. Ainsi, au titre du ministère de la Justice et des droits de l'Homme, le conseil a adopté un projet de loi de révision de la loi n° 2016-886 du novembre 2016 portant Constitution de la République de Côte d'Ivoire. 

C'est le 8 novembre 2016 à la suite du référendum du 30 octobre de la même année que la Côte d'Ivoire s'est dotée d'une nouvelle Constitution.  Sidi Touré qui était face à la presse au terme dudit conseil, a rappelé qu'il s'agissait à travers cette nouvelle loi fondamentale «plus moderne» épousant l'ère du temps, de renforcer les institutions de la République et de respecter les engagements internationaux souscrits par l’État de Côte d'Ivoire  et aussi de renforcer la paix et la stabilité politique. Il a indiqué que la mise en œuvre de la Constitution de 2016 a permis de constater sa pertinence. Cependant, a-t-il précisé, il apparaît nécessaire, dans le souci d'améliorer cette Constitution, d'y apporter quelques ajustements. Selon le ministre de la Communication et des Médias, c'est tout le sens du projet de loi portant révision de la Constitution initié conformément à l'article 177.

Sidi Touré a révélé que plusieurs réformes sont concernées. Il a évoqué celle concernant le pouvoir exécutif relative au statut du vice-président de la République qui est proposé pour être nommé avec l'accord du Parlement. Il s'agit, a-t-il exprimé, de pérenniser l'expérience actuelle probante de la collaboration harmonieuse au sommet de l'exécutif. Le ministre a fait mention de la réforme concernant le pouvoir législatif relative à la continuité parlementaire.

«En cas d'impossibilité pour organiser des élections parlementaires, il est proposé que le Parlement demeure en fonction jusqu'à l'organisation des dites élections», a expliqué M. Touré. «Complémentairement, une réforme concernant le pouvoir judiciaire ayant trait à l'organisation judiciaire. Celle-ci vise à consacrer la Cour de cassation et le Conseil d’État comme des institutions de la République  au même titre que la Cour des comptes.  Ainsi la Cour de cassation, le Conseil d’État et la Cour des comptes deviennent les trois juridictions constitutionnelles représentatives du pouvoir judiciaire et consacrent à cet effet la disparition de la Cour suprême», a encore dit le porte-parole du gouvernement.  Poursuivant, il a souligné que d'autres modifications ont été ajoutées portant sur l'aménagement, la réparation d’omission, la clarification et la reformulation de certaines dispositions.

Ce projet de loi adopté en Conseil des ministres sera sur la table des députés le 12 mars prochain et sur celle des sénateurs le 17 mars pour examen.




Laisser un commentaire

Côte d’Ivoire : « Si l’orgueil de ses partisans n’avait pas pris le dessus, mon grand frère chéri...
Démission de Duncan soupçonné de collusion avec Amon Tanoh et Chris Yapi (Côte d’Ivoire)
Ouattara nomme Patrick Achi PM en remplacement d'Amadou Gon
Côte d’Ivoire : Qui a barré le nom de Duncan dans le communiqué nécrologique de Gon ?
Politique-Santé-Le président du Sénat-Kouadio Ahoussou Jeannot victime d’un malaise ?

Autres articles