Actualités - Présidentielle 2020

Candidature à la présidentielle 2020 : La guerre de positionnement fait rage au Rhdp


Publié le 29 Novembre 2019 à 11:17
Source: Autre Presse
5515

Photo d`archive utilisée juste a titre d`illustration

En tout cas, ne comptez pas sur Dr Albert Mabri Toikeusse. Pas maintenant. Le deuxième vice-président des houphouëtistes, et président de l'ancienne Union pour la démocratie et la paix en Côte d'Ivoire (Udpci) semble avoir renoncé à ses ambitions pour 2020, et porte désormais son choix sur le président Alassane Ouattara.

«Nous pouvons croire à la victoire du président Ouattara. La victoire est à la portée du président Alassane Ouattara, et nous allons lui apporter tout notre soutien », lâchait-il le dimanche 24 novembre 2019 à Dimbokro, pendant l'investiture de la coordination Rhdp du N'zi. Le discours tranche d'avec celui d'il y a quelques mois, où Mabri Toikeusse se positionnait, non seulement comme candidat en 2020, mais également le potentiel porte flambeau du Rhdp. Toutes ces velléités ont été englouties par le désir du président ivoirien d'unifier les partis houphouëtistes.

A LIRE AUSSI: 

Côte d’Ivoire : Après Blé Goudé, Guillaume Soro va rencontrer Gbagbo à Bruxelles

Le leader de l'ex-Udpci ne sera donc plus candidat. Cependant, sa posture diffère de celle exprimée, de façon générale et avec force, dans le camp présidentiel, à savoir que le digne successeur du président Alassane Ouattara, c'est son actuel Premier ministre et fidèle compagnon, Amadou Gon Coulibaly. Tout est mis en œuvre pour imprimer dans la conscience collective que « si ce n'est pas Alassane Ouattara, c'est Gon Coulibaly ».

Dans une interview publiée par Jeune Afrique fin septembre 2019, Adama Bictogo, le directeur exécutif du Rhdp disait ceci : « Nous sommes tous des lieutenants du président. Si celui-ci propose qu’il (Amadou Gon) soit candidat, je peux vous dire qu’il le sera. C’est un homme de mission ! Ce qui est clair, c’est qu’Amadou Gon Coulibaly dispose d’atouts suffisants pour représenter le Rhdp lors de la course à la magistrature suprême. Pour moi, il fait partie des options que nous avons pour 2020, tout comme Alassane Ouattara ».

Sur le terrain politique, les chantres et les défenseurs d'une candidature du député-maire de Korhogo ne se comptent plus. On se souvient que le mouvement Force 2015 de Charles Gnahoré s'en faisait l'écho en diverses occasions.

A LIRE AUSSI: 

Présidentielle Côte d’Ivoire 2020 : « Ma réflexion continue…cela ne veut pas dire que je ne serai pas candidat » (Ouattara)

D'autres structures ont pris le relais et amplifient l'idée de la candidature du chef du gouvernement ivoirien. Au cours d'une cérémonie le samedi 23 novembre dernier, le député Kébé Mahamadou, président du mouvement Synergie 2020, s'est voulu clair. « Nous disons que si Alassane Ouattara n’est pas candidat, notre souhait, c’est que le Premier ministre, Amadou Gon Coulibaly, soit notre candidat. Nous sommes prêts à le soutenir. Je suis prêt à faire campagne pour Amadou Gon Coulibaly au sein du Rhdp. Je suis un militant discipliné, si le parti désigne quelqu’un d’autre, je vais m’aligner. Mais notre souhait est que Amadou Gon Coulibaly soit candidat si le président Alassane Ouattara n’est pas partant ». C'est donc la tendance au Rhdp, même si certaines indiscrétions laissent croire qu'une candidature d'Amadou Gon en 2020 est modérément appréciée.

Et la sortie de Dr Albert Mabri Toikeusse à Dimbokro ne semble pas anodine. Elle cache mal une sourde opposition à la candidature du Premier ministre. Dans cette guerre de positionnement qu'ouvre l'après Ouattara, le président de l'ex-Udpci semble vouloir abattre ses propres cartes. Pour l'élection présidentielle de 2020, le schéma de Mabri Toikeusse pourrait se définir comme ceci : c'est le président Alassane Ouattara d'abord, mais le cas échéant, ce n'est pas forcément le Premier ministre Amadou Gon. Selon toute vraisemblance, le chef de l’État ivoirien prépare sa retraite politique. La bataille pour sa succession a déjà fait de grosses victimes, dont l'ancien dauphin constitutionnel, Guillaume Soro. Elle continue de faire rage.




Laisser un commentaire

Côte d’Ivoire : « Si l’orgueil de ses partisans n’avait pas pris le dessus, mon grand frère chéri...
Démission de Duncan soupçonné de collusion avec Amon Tanoh et Chris Yapi (Côte d’Ivoire)
Ouattara nomme Patrick Achi PM en remplacement d'Amadou Gon
Côte d’Ivoire : Qui a barré le nom de Duncan dans le communiqué nécrologique de Gon ?
Politique-Santé-Le président du Sénat-Kouadio Ahoussou Jeannot victime d’un malaise ?

Autres articles