Actualités - COVID-19

Coronavirus : Soro demande à Ouattara et aux ministres de renoncer à un mois de salaire


Publié le 01 Avril 2020 à 11:09
Source: Autres Sources
807

Autres Sources

Dans son discours à la Nation le mardi 31 mars 2020, Guillaume Soro a fait des propositions à Ouattara dans la lutte contre le Coronavirus en Côte d’Ivoire.

Pour combler les pertes actuelles des entreprises et éviter les faillites à la chaîne, je propose que pendant au moins 03 mois, l’État se substitue au marché et prenne en charge directement les pertes de revenus des entreprises et des ménages ivoiriens. Les ressources pour soutenir cette intervention de l’Etat, afin de sauver nos entreprises, peuvent être trouvées, notamment auprès du FMI qui, la semaine dernière, a annoncé 50 milliards de dollars de disponibilité, dont 10 milliards pouvant être prêtés à taux zéro aux pays pauvres et en développement frappés par le coronavirus. Je l’ai souvent dit et je le répète encore aujourd’hui : nos Etats ne doivent pas avoir peur de se donner les moyens d’intervenir massivement pour soutenir leur économie.

A LIRE AUSSI : Soro à Ouattara : « je ne demande rien pour moi-même, mais remettez en liberté Gbagbo et de Blé Goudé »

D’autres solutions existent et sont mises en œuvre ailleurs, en Afrique et dans d’autres pays du monde, qui comme nous, ont des économies fragiles et ont besoin de soutien pour ne pas s’écrouler. Je voudrais en citer quelques-unes :

− Suspension du paiement des charges sociales des PME et des très petites entreprises pendant 3 mois ;

− Mise en place d’un moratoire pour le remboursement des crédits bancaires au profit des entreprises ;

− Suspension pour 3 mois du paiement des loyers, des factures d’eau et d’électricité afférents aux locaux professionnels ;

− Renonciation aux pénalités financières et aux suspensions de services en cas de non-paiement de ces factures, au bénéfice des très petites entreprises ;

− Report à 3 mois des factures échues pour les entreprises en difficulté ;

− Négociation avec les syndicats pour obtenir un accord dérogatoire sur le droit du travail pour les entreprises en difficulté réelle, afin d’éviter les mises en chômage et maintenir un niveau de rémunération, même en cas de non activité ;

− Exonération de droits et taxes sur tous les produits qui entrent dans le cadre de la lutte contre le COVID-19 (masques, gels hydro-alcooliques, gants, médicaments etc.) ;

− Report de la date de paiement de la vignette pour les véhicules de transport interurbains ;

− Suspension des impôts et taxes pendant trois (3) mois pour les agences de voyage, les bars et débits de boisson, les salles de spectacle et de concert, les centres de sports et loisirs…

A LIRE AUSSI : Soro appelle à la responsabilité de Ouattara face au coronavirus : « L’Histoire sera impitoyable… » (Discours)

Bien entendu, ces mesures peuvent être complétées par un ensemble de dispositifs complémentaires respectant la réglementation communautaire, au niveau de l’UEMOA.

Tout ceci est faisable, dans le cadre de l’Union sacrée.

Sur le plan sanitaire,

Je propose que les modalités d’un possible confinement qui s’est avéré efficace, ailleurs soient minutieusement étudiées en concertation avec les experts de la santé, pour en évaluer les implications dans le cas particulier de notre pays. Cette stratégie si elle était adoptée devrait être couplée à des tests systématiques effectués sur toute personne se présentant dans

les services d’urgences médicales. Chacun a pu constater l’impréparation de nos hôpitaux et de nos structures sanitaires à une vague épidémique de cette ampleur. Trop de personnes sont en première ligne dans cette guerre sans aucune protection. Je veux parler des professionnels de la santé, des agents des Forces de défense et de sécurité, des caissières dans les supermarchés et centres commerciaux, des agents des pompes funèbres, des éboueurs et des agents d’assainissement, à qui je rends hommage et que nous ne devons pas laisser seuls face à la mort.

Il est temps de nous retrousser les manches et de prendre le taureau par les cornes. Il faut, ici et maintenant, anticiper la vague qui se prépare et qui pourrait se traduire par un afflux massif de malades dans les structures hospitalières.

A l’instar du dispositif rigoureux que mon gouvernement, en 2008, avait mis en place pour faire face à la grave crise financière et alimentaire mondiale dont on se souvient encore, il faut dès maintenant, accentuer la coordination des moyens de secours, civils et militaires, pour prendre en charge les malades. Il faudra mettre en place un dispositif de mobilisation maximale de toutes les capacités d’hospitalisation, aussi bien publics que privés. Les moyens humains, matériels et scientifiques des cliniques privées et des hôpitaux publics doivent être sollicités pour affronter la maladie. Les Préfets doivent être engagés dans l’organisation et l’encadrement de ces mesures, avec les directeurs régionaux et départementaux de la santé, dans le cadre de cellules régionales de crise. Ces cellules régionales de crise seront chargées du suivi des procédures édictées par le gouvernement et de la remontée en temps réel des informations sur la progression du virus et de ses effets, afin d’adapter la riposte. Ces cellules de crise pourraient également, mais non limitativement :

− Rechercher activement tous les cas suspects ;

− Renforcer la prise en charge précoce en créant ou en aménageant des centres de tests dans chaque chef-lieu de région ;

− Augmenter les capacités de confinement en créant des centres régionaux de quarantaine pour tous les cas suspects ;

− Augmenter les capacités d’hospitalisation et de réanimation par la mise en commun des disponibilités régionales ou en sollicitant le gouvernement ;

− Renforcer la protection du personnel de santé en particulier et de la population en général par des campagnes de communication de proximité ;

− Procéder à la distribution rationnelle des moyens de lutte mis à leur disposition par le Gouvernement ou les collectivités territoriales ;

− Réquisitionner au besoin tout personnel ou tout moyen nécessaire à la lutte contre cette maladie. Je vous l’assure ces mesures avaient été efficaces et avaient permis de contenir la crise et prémunir notre nation. En ces heures difficiles, mes pensées vont vers nos compatriotes les plus fragiles, ceux qui sont en situation de détresse sociale. C’est pourquoi je m’insurge contre cette façon discriminatoire et partisane de faire la politique, de certaines personnalités publiques opportunistes et démagogues, qui se lancent dans une course aux dons intéressés et politisés aux populations comme si l’on devait présenter la carte d’un parti politique avant de bénéficier d’une aide humanitaire.




Laisser un commentaire

Côte d’Ivoire : « Si l’orgueil de ses partisans n’avait pas pris le dessus, mon grand frère chéri...
Démission de Duncan soupçonné de collusion avec Amon Tanoh et Chris Yapi (Côte d’Ivoire)
Ouattara nomme Patrick Achi PM en remplacement d'Amadou Gon
Côte d’Ivoire : Qui a barré le nom de Duncan dans le communiqué nécrologique de Gon ?
Politique-Santé-Le président du Sénat-Kouadio Ahoussou Jeannot victime d’un malaise ?

Autres articles