Actualités - Présidentielle 2020

Exclusif/ La guerre fait rage au RHDP : Adjoumani lâche le camp GON pour Hamed Bakayoko


Publié le 14 Juillet 2020 à 09:00
Source: lecourrierquotidien.com
10693

Photo d`archive utilisée juste a titre d`illustration

LU POUR VOUS

Depuis la mort d’Amadou Gon-Coulibaly, ex-candidat du RHDP pour la présidentielle de 2020, les couteaux sont tirés. L’inimitié et l’animosité se sont tellement développées au RHDP qu’il s’en est suivi la formation de plusieurs clans engagés dans une lutte sans merci pour le pouvoir, dans laquelle tous les coups sont permis.

La lutte est féroce pour garder la mainmise sur le mécanisme de désignation du futur candidat. C’est ainsi qu’enjambant presque le cadavre d’Amadou Gon-Coulibaly, chaque clan manœuvre pour peser sur le choix du futur candidat.

Le premier clan est celui conduit par Adama Bictogo. Ils se nomment eux-mêmes le clan des fidèles parmi les fidèles d’Amadou Gon-Coulibaly. Ils ont prospéré grâce à Amadou Gon et ne veulent pas perdre leur posture de privilégiés.

Dans ce clan, il y a Kandia Camara, Koné Kafana, Touré Mamadou etc. Leur salut réside dans un troisième mandat du Président Alassane Ouattara et sont mobilisés pour obtenir cela. Adama Bictogo a multiplié les interventions dans les médias ivoiriens et étrangers pour tenter de convaincre le peuple du RHDP que leur seul salut ne peut venir que d’un mandat supplémentaire du Président Ouattara.

Pour mettre la pression à ce dernier, ils ont créé une pétition en ligne dans laquelle ils espèrent mobiliser des centaines de milliers de signatures favorables à un reniement de la parole donnée par le Président de la République.

Le clan contre lequel se bat celui d’Adama Bictogo et consorts est celui du Ministre Hamed Bakayoko. Pour Bictogo et les autoproclamés fidèles d’Amadou Gon, si Hamed Bakayoko remporte la mise en devenant le candidat investi par le RHDP, c’en est fini d’eux. Ils n’ont donc d’autres choix que de pousser à la candidature du « Vieux » pour la conservation de leurs privilèges.

Le deuxième clan est donc celui d’Hamed Bakayoko, numéro deux du gouvernement sous Amadou Gon-Coulibaly et qui aujourd’hui, réclame la succession. Chris Yapi avait déjà annoncé qu’Hambak croit fermement en son destin et ne veut rien lâcher. Depuis l’hospitalisation prolongée du défunt Premier ministre en France, il s’est remis à croire fortement en ses chances. Il avait donc commencé à s’activer au sein du RHDP pour se constituer son propre réseau de fidèles.

Dans cette optique, il avait obtenu le soutien de Mabri Toikeusse et Kouadio Konan Bertin du PDCI, alias KKB. Ils se sont engagés à se rallier à sa candidature. Mais, ils ne sont pas les seuls. Des proches, je dirais même des intimes d’Amadou Gon de son vivant, ont décidé de trahir le clan qui s’est constitué autour de lui pour rejoindre le camp Hamed Bakayoko. Parmi ceux-ci, on peut citer Kobenan Kouassi Adjoumani, Ministre de l’Agriculture et Porte-parole du RHDP.

Il a appelé nuitamment Hamed Bakayoko pour lui faire allégeance et l’assurer de son soutien dans son projet de candidature à la présidentielle. Il en profité pour dire tout le mal qu’il pensait d’Amadou Gon-Coulibaly. Il a juré à Hambak qu’Amadou Gon le torturait littéralement, ne lui laissait pas les coudées franches pour travailler, qu’il ne tenait pas les manettes du ministère de l’Agriculture et que c’était le Ministre Amadou Koné, cousin du défunt Premier ministre qui lui dictait tout, qui était le vrai chef, etc.

Parmi les anciens du camp Amadou Gon qui ont rallié Hamed Bakayoko, il y a l’homme d’affaires malio-suisse Sidy Kagnassi. Amadou Gon lui avait donné tous les marchés d’État, y compris celui de l’identification et de la confection des cartes d’électeurs. Pourtant, il a sauté les pieds joints chez Hamed Bakayoko.

C’est également le cas d’un autre l’homme d’affaires, le burkinabè Mahamadou Bonkoungou, PDG de la société Ebomaf, à qui Amadou Gon-Coulibaly avait donné de gré à gré d’immenses marchés de BTP et de bitumage en Côte d’Ivoire. C’était l’un des financiers de la campagne du candidat du RHDP. Il a tourné casaque et est allé faire allégeance à Hamed Bakayoko.

Plusieurs autres cadres pro-Gon, détestant cordialement Adama Bictogo qu’ils considèrent comme une fripouille, sont en train de faire volte-face pour aller faire allégeance à Hamed Bakayoko.

Le troisième clan est celui proche de l’ancien Vice-président Daniel Kablan-Duncan, qui n’a pas encore dit son dernier mot. Avec lui, se trouve un certain nombre de cadres RHDP issus du PDCI qui ont décidé de le suivre dans le projet PDCI-Renaissance.

Lequel des clans l’emportera ? Nous le saurons très bientôt. Mais, d’ici-là, les proches et la famille d’Amadou Gon doivent être en train de méditer sur ce trait de la nature humaine qui veut que quand on est mort, on n’a plus droit à la parole. Et que les amitiés qu’on a lorsqu’on est puissant ne résistent pas à la perte du pouvoir, de l’influence ou de la vie. Telle est la nature humaine.

CHRIS YAPI NE MENT PAS.

Par Chris Yapi




Laisser un commentaire

La Lettre du Continent relate l'arrivée de Gbagbo à l'ambassade de Bruxelles : le président Gbagbo...
Guillaume Soro à propos de Ouattara : Mr Ouattara lui-même s’était engagé devant moi et d’autres...
3eme mandat de Ouattara : les députés Français s’interrogent, Macron inquiet
La prophétie de ce prophète sur Ouattara qui fait froid dans le dos : Amadou Gon Coulibaly n’est pas mort...
Selon Jeune Afrique Alassane Ouattara a fait 2 enregistrements, juste pour faire mal à Guillaume Soro

Autres articles