Faits divers - il appelle à l’aide

Il annonce son homosexualité à sa famille et se fait tabasser : Rejeté et mis dehors, il appelle à l’aide


Publié le 14 Février 2020 à 11:07
Source: Autre Presse
170

Photo d`archive utilisée juste a titre d`illustration

Jules Francklin Kouamé Kouadio, ferronnier de profession vit des moments difficiles en ce moment du fait de son orientation sexuelle. Alors qu’il célébrait ses 35 ans le samedi 08 février 2020, il a cru bon d’annoncer à ses parents son homosexualité. Ce qu’il n’oubliera pas de sitôt puisqu’il sera bastonné par ceux-ci.

C’est à Abobo Klouétcha que nous rencontrons Jules Francklin Kouamé Kouadio. Le jeune homme de 35 ans ne tarde pas à nous partager les moments difficiles qu’il vit depuis le soir de son anniversaire où alors qu’il croyait bien faire en annonçant officiellement sa relation homosexuelle, il sera bastonné et rejeté par sa famille.

De fait, raconte-t-il, il entretient depuis un bon nombre d’années une relation homosexuelle qu’il avait jusque-là cachée à sa famille. À l’occasion donc de sa soirée d’anniversaire à laquelle il a convié ses parents et ses amis, Jules pense bien qu’il tient le moment idéal pour présenter ‘’son chéri’’ officiellement à tous. C’est avec un tonnerre d’aplaudissements que ce couple d’homosexuels sera accueilli. Ses amis de la même orientation saluent son courage et la fête continue jusqu’au petit matin.

Le lendemain matin alors qu’il s’apprêtait à prendre sa douche, ses parents font irruption dans sa chambre et lui demande si son annonce de la veille n’était pas dû au trop plein d’alcool. Sans savoir véritablement ce que cache cette question, Jules Francklin confie qu’il a fait son annonce en toute lucidité et qu’il entretient cette relation rendue officielle le jour de son anniversaire depuis bien un bon moment. Ce qu’il n’aurait pas dû dire.

Aussitôt, est-il pris à partie par les membres de sa famille venus pour l’interrogatoire. Une bonne correction lui sera infligée à la dimension, disent-ils de « l’image de la famille ternie ». Répondant qu’il assume son choix, il sera encore tabassé avant mis dehors. Dès lors commencent tous les ennuis pour lui. Après avoir trouvé refuge dans sa communauté religieuse, il sera très vite chassé du temple où il avait élu domicile.

Désormais sans abris, il erre dans les rues d’Abobo espérant avoir son salut auprès de la communauté des LGBT. « Depuis plusieurs années, je suis homosexuel et j’ai caché cela à mes parents. Lors de mon anniversaire le samedi dernier, j’ai présenté mon amant à mes parents et amis qui y étaient. Mais mes parents ne veulent pas entendre cela.

Pour cela, j’ai été  tabassé, délaissé et banni de ma famille. J’ai été lynché et battu à mort chez moi à la maison au lendemain de mon anniversaire. Je suis en danger de mort. Ma communauté religieuse et ma famille m’ont abandonné. Est-ce un crime d’être homosexuel ? », a-t-il déploré.




Laisser un commentaire

« Ça se complique pour Ouattara ! Une rencontre Soro Macron annoncée pour mars ? » : voici ce qui se passe
Guikahué : « le dialogue politique a échoué, nous voulons mener un dialogue directe avec Ouattara »
Présidentielle: Un député français cogne Ouattara, dénonce une "farce" pour la Présidentielle 2020 le...
18 février 1992 : comment le colonel Batté sauve Gbagbo des militaires qui avaient pour mission de...
Danse de sorcière au tour du prochain procès en appel de Jacques Mangoua

Autres articles