Actualités - Générations et peuples solidaires (GPS)

Jules Brou , cadre de GPS-France : '' Les cyberactivistes du RHDP ont mal interprété mes propos "


Publié le 29 Avril 2021 à 11:38
Source: lecourrierquotidien.com
1314

Photo d`archive utilisée juste a titre d`illustration

Questionnaire 

• Quel est votre regard sur la situation sociopolitique actuelle du pays ? 

✓ Le pays va de mal en pis ! C'est regrettable. Ouattara et son clan ont approfondi la déchirure du tissu social. Le niveau de démocratie en Côte d'Ivoire n'a jamais été aussi en dents de scie . 

Je me base sur une analyse approfondie des risques sociopolitiques, régie par les normes établies par les Institutions internationales , les ONG chargées de la lutte contre les violations des droits humains,  pour faire un rappel de ce constat amer . Surtout quand des chancelleries étrangères attirent l'attention de leurs ressortissants sur l'état d'instabilité dans lequel baigne le pays . La  situation actuelle en Côte d'Ivoire est le résultat de la gestion clanique et arbitraire du pays par Ouattara et le RHDP.

C'est le résultat d'un processus électoral complètement bâclé , du non respect des droits de l'homme et de la démocratie , de la désacralisation de la Constitution par le garant des institutions de la république, le déficit de confiance dans les institutions, des citoyens Ivoiriens pris en otages par le pouvoir Ouattara, le déni des aspirations démocratiques, le profond discrédit de la classe politique particulièrement du parti au pouvoir, une insécurité galopante, une crise politique au sommet, des conflits liés aux questions ethniques et des discriminations notoires, des répressions policières, de l'instrumentalisation de la justice et des institutions de la république, la pauvreté grandissante et bien d'autres tares qu'on ne saurait toutes citer ici .

C'est bien pour toutes ses raisons que les ivoiriens et les amis de la Côte d'Ivoire sont inquiets . Plus récemment, vous avez pu constater une note diplomatique américaine qui exprime ce que je dis . En tant que citoyen Ivoirien, je suis préoccupé par ce tableau indigne . Ce pourquoi je crois qu'il faut agir pour éviter que la Côte d'Ivoire sombre dans un gouffre de conflits meurtriers.

• Un nouveau gouvernement a été mis en place, des rumeurs ont laissé entendre que certains membres de l'opposition devraient en faire partie, et puis plus rien. Quel est votre commentaire sur ce gouvernement?

✓ Je n'ai pas confiance en ce gouvernement ! On prend les mêmes et on recommence avec un chef d'Etat mal élu au terme d'un simulacre d'élection et d'un coup d'État constitutionnel. Ce logiciel  est corrompu ! L'opposition n'a rien à faire dans un tel gouvernement d'ailleurs pléthorique. C'était pour se donner bonne conscience, pour chercher à gagner en temps et pour tromper l'opinion nationale et internationale que Ouattara s'est cru obligé de parler de gouvernement d'ouverture. C'est pourtant son régime qui a empêché l'ouverture du jeu démocratique aux autres, principalement à des adversaires qui feraient mordre la poussière au RHDP, lors la présidentielle 2020. 

• Plusieurs mois après le projet de fusion de GPS, quel est l'état des lieux aujourd'hui, surtout concernant la délégation de France dont vous faites partie ?

✓ Nous avons été parmi les  premiers responsables politiques à accueillir ce projet de fusion avec enthousiasme et confiance. C'est un processus qui demande un travail de fourmi et une pédagogie nécessaire auprès des militants de base de ces nombreuses entités, qui comme nous ont décidé de fusionner dans Générations et peuples solidaires  . Nous nous sommes entretenus récemment avec le président de GPS , Guillaume K. Soro,  et je peux vous dire que les cartes avancent bien . 

Bientôt les grandes lignes du processus de fusion vont être tracées . En ce qui concerne la délégation de France, tout va bien . Elle se  prépare d'arrache-pied à la redynamisation des activités de GPS en France sous son nouveau visage . Nous devons être proactifs partout dans le monde pour que notre appareil politique réponde aux attentes des Ivoiriens et des Ivoiriennes . C'est la manifestation de pratiquer la politique autrement avec de nouvelles mentalités en associant les  nouvelles générations. Notre engagement pour une Côte d'Ivoire démocratique, prospère et lancée sur les sillons du développement accéléré est intact . 

• Vous avez récemment lancé un message au pouvoir Ouattara qui aurait été mal perçu, de quoi cela retourne en réalité ?

✓ Les choses sont pourtant d'une simplicité conciliante. Nous avons rappelé à Ouattara que son rôle de Chef d'État consiste principalement à rendre les ivoiriens heureux, sans discrimination, ni marginalisation . Nous lui avons rappelé qu'il ne peut pas se réclamer démocrate et républicain pendant que son régime impopulaire contraint des Ivoiriens en situation d'exilés politiques et des centaines d'autres en condition de prisonniers politiques. Nous lui avons demandé d'arrêter de diviser et de faire souffrir les ivoiriens.

Malheureusement, à la suite de notre appel solennel, les cyberactivistes et les journalistes affidés du RHDP se sont lancés dans une vaine entreprise de propagande faisant passer le Président Guillaume Soro pour un homme qui négocie secrètement son retour au pays. Il n'en est rien du tout. D'ailleurs la ministre Affoussiata  Bamba Lamine et plusieurs autres leaders de GPS ont apporté un démenti formel à cette propagande nuisible du RHDP. Il leur faut savoir que les sacrifices que Guillaume Soro s'impose en refusant de cautionner la mauvaise gouvernance de Ouattara obéissent à sa volonté de rendre la démocratie et la liberté au peuple ivoirien par la voie pacifique.

 • Que répondez-vous à ceux qui pensent que vous êtes peu à peu en train de changer de camp ? 

✓ (Rires) J'accuse ! J'accuse effectivement la mauvaise lecture et l'ignorance de certaines  personnes . Je puis vous dire que la seule donne qui est en train de changer de camp en Côte d'Ivoire,  c'est la peur . Oui , la peur va changer de camp. Depuis le début de notre entretien, aucun propos n'atteste que je suis à la porte de sortie de GPS. En mon intime conviction, jusqu'à preuve du contraire, Guillaume Soro est actuellement le véritable leader politique qui porte la voix des opprimés en Côte d'Ivoire.

Sa force de caractère et la noblesse de son combat expliquent allègrement le souhait des dirigeants du RHDP de le voir réintégrer leur parti. Voici pourquoi plusieurs dirigeants du RHDP parlent de Soro qui doit retourner chez son père Ouattara comme si en matière de lutte politique, le paternalisme moutonnier et le grand frerisme sont des idéologies politiques qui déterminent la bonne gouvernance. L'époque de Père de la nation est révolue. Quand on se réclame du Libéralisme, il faut être capable d'accepter courageusement la contradiction dans le strict respect des lois de la république .   

• Ce discours que vous tenez pourrait-il être efficace dans le retour de la cohésion et la libération des prisonniers politiques?

✓ La libération des prisonniers politiques et le retour des exilés politiques s'imposent au régime RHDP. C'est la Constitution qui l'exige. Nulle doute sur cette exigence, la question des prisonniers politiques et des prisonniers politiques doit être traitée avec sérieux et sans relâche . Il s'agit de vie humaine et de la nécessité de construire la nation ivoirienne dans la paix , dans le respect des droits de l'homme. Nous n'avons pas le droit de lâcher ceux qui sont injustement en prison à cause de leur opinion  ou en exil, parce qu'ils partagent les mêmes convictions que la majorité des Ivoiriens. De quel droit Ouattara fait-il libérer quelques prisonniers politiques tout en maintenant d'autres en prison alors que ces jeunes , femmes et hommes ont été jété pour certains à la MACA pour des soit disant délits associés.

L'esprit de la Justice universelle ne répond pas de cette perversion ethno-politique. Et puis, c'est une aberration gouvernementale quand Ouattara nomme un ministre de la réconciliation alors que son régime continue à s'inscrire dans une logique de diviser pour régner avec une main de fer. Vous verrez dans les jours  prochains si la forte pression que nous exerçons et continuerons d'exercer sur ce régime liberticide ne donnera pas ses fruits salvateurs pour les ivoiriens.

Il est de notre devoir de mettre ce pouvoir dictatorial face à ses responsabilités et d'exiger la libération des citoyens Ivoiriens, détenus illégalement, en totale violation des libertés fondamentales et du droit constitutionnel, d'être libres d'avoir  une  appartenance politique  et d'avoir une  opinion contraire . Mais diantre, nous ne pouvons pas rester silencieux face à pareilles injustices et penser que nous sommes dans un Etat de droit .  

Je m'insurge contre le déni de démocratie, je l'ai fait hier quand j'étais au RHDP. Je le fais aujourd'hui et je le ferai demain, parce que la politique est la gestion des contradictions . 

Si j'ai appris une chose de plus en militant en accord de pensée politique avec le président Guillaume Soro. C'est que pour rien au monde nous ne devons abandonner nos convictions en les marchandant par des calculs égoïstes . 

Nous devons continuer car seule la lutte libère . 

•  Aujourd'hui quelle pourrait être la stratégie politique et de communication pour décrisper la tension, et convaincre le pouvoir de lâcher un peu de lest ? 

✓ Nous ne cherchons pas à convaincre la violence du RHDP ou à obtenir de la compassion . Alassane Ouattara et le RHDP sont dans une mauvaise foi politique qui consiste en grande partie à déplacer les problèmes plutôt que d'avoir le courage de les solutionner . 

Nous disons que la politique c'est aussi de régler des différends pacifiquement afin d'éviter le recours à toute forme de  violence . Le contexte est particulier en Côte d'Ivoire et ce n'est plus un rapport de forces qui fera évoluer la situation . Il faut que chacun des acteurs politiques majeurs mette  en avant  la capacité de surpasser des différends qui paraissent a priori insurmontables. Nous sommes obligés de demeurer dans la sphère du dialogue et du respect mutuel pour sortir de cette crise sociopolitique qui n'honore pas la Côte d'Ivoire .

Nous ne sommes pas des chantres du dialogue sincère parce que nous sommes défaitistes ou faibles mais parce que nous aimons notre pays et nous ne voulons pas le voir brûler . Vous savez, nous tenons un marathon  et Carl von Clausewitz disait ceci : « La victoire revient à celui qui tient le dernier quart d'heure ».


Entretien réalisé par Noël Zako 




Laisser un commentaire

Mort en couche d’une femme à l’Hôpital général d'Adzopé. Le récit révoltant du décès de Abiba
« On ne vainc pas la haine avec haine, mais avec l’amour » (Force en mouvement pour Soro)
Côte d’Ivoire : GPS aux cotés de la famille éplorée de Coulibaly Lambert à Ferké
Nigeria: Kidnappés il y’a un mois, la trentaine d’étudiants ont enfin été libérés
Affi N’guessan crache ses vérités : « Gbagbo lui-même est impliqué dans la crise que connaît le FPI »

Autres articles