Actualités - Politique Nationale

Messou Kouablan (porte-parole de Soro) : « Nous n’allons pas baisser les bras »


Publié le 22 Mars 2022 à 11:28
Source: lecourrierquotidien.com
194

Photo d`archive utilisée juste a titre d`illustration

Le porte-parole du président de Générations et peuples solidaires, Messou Kouablan, a répondu, samedi dernier, aux questions des partisans de Guillaume Soro vivant aux Etats-Unis d’Amérique, sur la marche du mouvement de l’ancien Premier ministre ivoirien.

Ce n’est pas la première fois qu’il le dit mais s’il le réaffirme une fois de plus, c’est parce que la répétition est pédagogique. Samedi, invité de l’émission ‘’De bouche à oreille’’ de la Radio GPS USA, Messou Kouablan s’est voulu clair : le mouvement de Guillaume Soro, Générations et peuples solidaires (GPS) continue de fonctionner légalement. 

« GPS n’est pas dissout. Le jour où le juge a rendu sa décision de dissolution de GPS, tout le monde était étonné. A peine le juge a-t-il rendu sa décision, que nous avons interjeté appel. Attendons que l’appel suive son cours », a à nouveau indiqué Messou Kouablan, qui séjourne depuis quelques jours aux Etats-Unis d’Amérique.

« Si on se fait à l’idée que GPS est dissout, demain, si le R-GPS monte en puissance, il sera aussi dissout. N’acceptons pas cela. GPS existe bel et bien aujourd’hui, parce que nous avons fait appel. Si c’était aussi simple que ça, les juges auraient déjà décidé en appel de confirmer la décision rendue en première instance. Nous sommes donc encore dans la game », a ajouté le superviseur des délégations GPS USA, Canada et Royaume Uni.

« Aujourd’hui qui que vous soyez, si vous décidez de créer un autre parti, avec dans la liste des membres fondateurs le nom du président Soro, cela ne passera pas. En outre, pourquoi devrions-nous accepter de nous plier à nous une décision de justice qui n’a aucun fondement juridique ? Apprenons à nous battre. Nous voulons créer dans ce pays un minimum de justice, un minimum d’équité.

Nous n’allons pas baisser les bras. Il y a des voies de recours qui existent, nous allons les utiliser jusqu’au bout. Nous sommes des combattants, nous allons combattre », a-t-il insisté.

Pour lui, si la justice en était venue à prononcer cette dissolution, c’est parce que l’ancien président de l’Assemblée nationale apparaît comme l’acteur politique à abattre. « L’homme à abattre, c’est le charismatique président Soro. C’est ce qu’il faut comprendre. Cela veut dire que ce ne sont pas les partis que les gens regardent », a souligné Messou Kouablan, précisant que les partis et mouvements affiliés à GPS gardent toujours leur liberté de fonctionnement.

 « Personne n’empêche les autres structures de travailler. Toutes les structures sont au travail, rien n’a changé. Tout le monde travaille. Mais, est-ce que les gens travaillent vraiment ? C’est cela la vraie question à se poser », a-t-il relevé.

« Si tous les partis affiliés crevaient l’écran, un ou deux d’entre eux aurait été invités au dialogue politique. Malheureusement, le fait est qu’aucun parti ou mouvement proche du président n’a été invité », s’est-il montré perplexe. 

L’autre sujet au centre des échanges entre l’invités de Radio GPS USA et les soroïstes résidant aux Etats-Unis d’Amérique, a été la question de la fusion annoncée des partis et mouvements affiliés à GPS. « La fusion va se faire dans le cadre du mouvement citoyen. Mais, une fois la fusion faite, le président peut décider de passer du mouvement citoyen au parti politique », a révélé Messou Kouablan.

Générations Nouvelles


Laisser un commentaire

Détenus politiques pro-Soro: des Soroïstes des USA font un geste symbolique
Côte d’Ivoire : « La 1ère erreur politique des supporters de Tidjane Thiam »
« Le changement, tant attendu en Côte d’Ivoire, passera par Soro » (Sié Coulibaly)
« Une chose est certaine, Soro sera en Côte d’Ivoire pour participer à la présidentielle » (Moussa...
Affaire des 49 militaires arrêtés à Bamako, Ouattara : « ce sont les nations unies qui doivent faire la...

Autres articles