Actualités - Politique Nationale

Mort en couche d’une femme à l’Hôpital général d'Adzopé. Le récit révoltant du décès de Abiba


Publié le 08 Mai 2021 à 17:36
Source: Autres Sources
2401

Photo d`archive utilisée juste a titre d`illustration

Abiba, une mère de quatre enfants, qui s’était rendue à l’Hôpital général d’Adzopé pour accoucher de son cinquième bébé, est décédée dans des circonstances quelque peu révoltantes, à en croire des témoins. Le ministère de la Santé n’a pas encore souhaité réagir. Le ministre Pierre Demba est attendu dans la localité. Nous y reviendrons.

Tu t'appelais Abiba mariée et mère de 04 enfants. Tu attendais ton 5ème enfant. Vendeuse de bouillie en face de l'hôpital général d'Adzopé. Ce jeudi 06 Mai 2021, tu ne savais pas que tu avais rendez-vous avec la mort quand tu es allée rencontrer le gynécologue de l'hôpital général parce que la date prévue pour l'accouchement était dépassée depuis longtemps.

Il t'a fait des soins pour déclencher l'accouchement et t'a demandé de revenir le soir quand tu aurais mal. À 22H00 tu t'es présentée à la maternité accompagnée de tes deux mamans. Les sages-femmes de garde ont appelé le gynécologue. Il n'est pas venu. Il s'est contenté à chaque appel de leur donné des instructions à suivre.

Tu étais seule dans la salle d'accouchement. Tu criais pour appeler les sages-femmes mais elles étaient plus préoccupées par le film qu'elles suivaient à la télé. Tes mamans présentes ont interpellé les sages-femmes, elles les ont rabrouées.

Fatiguée, épuisée tu continuais de crier et de réclamer de l'aide. Tes mamans arrêtées dans le couloir, inquiètes et impuissantes voulaient entrer t'assister. Mais elles butaient toujours sur le refus brutal des sages-femmes.

Soudain toutes les personnes présentes dans le couloir ont été ébranlées par un lourd bruit. Comprenant qu'il y'avait problème l'une de tes mamans a brutalisé une sage-femme et a soulevé le rideau de la salle d'accouchement. Devant elle l'horreur.

Tu étais couchée à même le sol, la tête de l'enfant était déjà sortie. C'est sans doute dans ta tentative d'expulser seule ton enfant que le drame s'est produit. Les sages-femmes paniquées venaient de réaliser l'immensité de leur négligence. Elles demanderont à te faire évacuer dans une clinique alors que l'hôpital général où vous étiez à un bloc opératoire.

Savaient- elles qu'il n'y aurait personne à cette heure ou voulaient-elles dégager leurs responsabilités pour la suite qu'elles Savaient fatales? En effet le bébé avait une fracture au cou et toi même tu avais déjà 03 fractures au bras. Tes frères qui étaient présents n'ont pas attendu l'ambulance. Ils t'ont embarquée dans leur voiture pour te conduire à la clinique située à juste 05 mn de l'hôpital.

Mais hélas ! Mille fois hélas ! Tu n'auras plus de souffle pour parcourir ces 05 mn, les minutes les plus longues de ta vie. Tu es décédée ce vendredi à 01 heure du matin. À deux heures tout le quartier a été réveillé par l'horrible nouvelle. Révoltées les femmes du quartier se sont rendues à la préfecture. On leur dira que le Préfet est absent.

Ce vendredi après la prière tu as été portée en terre avec ton bébé. Tu es morte en martyr et nous prions Allah qu'il te fasse miséricorde. Repose en paix Abiba avec ton bébé. Tes pauvres enfants, ton mari, tes parents et toute ta communauté impuissante s'en remettra sans doute à Allah.

Source : Natogoma Bamba




Laisser un commentaire

Côte d’Ivoire : Gbagbo saisit la justice pour divorcer Simone, ce qui a tout gâté
Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo demande officiellement le divorce à Simone devant le tribunal du pouvoir...
Sueurs froides sur le VGE : la Police manque de peu de détourner le cortège de Laurent Gbagbo
Après le retour de Gbagbo à Abidjan, mystère sur le cas Blé Goudé
Au soir du jour de son arrivée : Des proches de Laurent Gbagbo sont arrêtés, voici leur nom

Autres articles