Actualités - Politique Nationale

Nouveau Réveil répond à Adjoumani : « Le RHDP a lu sans comprendre la déclaration du PDCI et de PPA-CI »


Publié le 08 Janvier 2022 à 12:42
Source: Autres Sources
258

Photo d`archive utilisée juste a titre d`illustration

Comme il fallait s’y attendre, en répondeur automatique, le porte-parole du RHDP, le ministre Kobenan Kouassi Adjoumani, a donné de la voix hier jeudi 6 janvier après la déclaration commune du PDCI et du PPA-CI. Au cours d’un point-presse qu’il a tenu au siège de son parti, Kobenan Adjoumani a livré la déclaration du RHDP. Cette déclaration a tourné autour de deux principaux sujets.

A savoir le dialogue politique et la sortie du procureur de la République Adou Richard. Seulement en suivant cette déclaration, on se rend compte que le RHDP a sans doute lu la déclaration du PDCI-RDA et du PPA-CI, mais il n’y a rien compris du tout Quand le RHDP dit être étonné que le PDCI-RDA et le PPA-CI soutiennent que le chef de l’Etat ne fasse pas du dialogue politique sa priorité, il se méprend lourdement. Tout ministre qu’il est, Adjoumani était au Conseil des ministres du mercredi, au cours duquel, le chef de l’Etat Ouattara n’a nullement fait cas du dialogue politique. Pourquoi ?

Le RHDP le sait sans doute. « (…) Le PDCI et le PPA-CI se sont livrés à un procès d’intention à la fois désobligeant et outrageant à l’égard du président de la République, SEM Alassane Ouattara, qu’ils accusent de manœuvrer pour torpiller le dialogue politique qu’il a pourtant initié, pour consolider la paix et la réconciliation nationale… » a relevé le porte-parole du RHDP avant de dresser un chapelet, dit-il, des acquis de ce dialogue politique qui pourtant est au point mort

Kobenan Kouassi Adjoumani, a donné de la voix hier jeudi 6 janvier après la déclaration commune du PDCI et du PPA-CI

Mais il ne peut dire où on en est avec le dialogue si bien ouvert. Pis, ces avancées dont-il parle n’ont pu faire l’économie de la grave crise du troisième mandat. Parler de Réconciliation dans tous les discours ne suffit pas, encore faudrait-il y mettre la volonté politique et c’est ce que le PDCI-RDA et le PPA-CI demandent au chef de l’Etat en ces termes :

« Il importe de signaler que la conférence de presse du procureur a curieusement coïncidé avec la nouvelle date butoir de dépôt des termes de référence. L’on se rappelle que le report de la date de dépôt des propositions des termes de référence du 17 au 27 décembre 2021 a été abusivement attribué aux partis de l’opposition alors que le PDCI et le PPA-CI, en ce qui les concerne, avaient déposé leurs termes de référence effectivement le 17 décembre…. »

« Ainsi, mis en rapport avec ce report, la sortie du procureur et le silence du gouvernement, quant à la suite attendue des travaux du dialogue, une semaine après la nouvelle date butoir, constituent un faisceau d’indices concordants suffisants pour justifier les interrogations du PDCI-RDA et du PPA-CI sur la volonté réelle du gouvernement de conduire le dialogue politique qu’il a librement initié », ont-ils rappelé avant d’insister.

Parler de Réconciliation dans tous les discours ne suffit pas

« Malheureusement, les interrogations de nos deux partis politiques se sont muées en inquiétudes face au peu d’intérêt que le chef de l’Etat a accordé au sujet du dialogue politique dans son discours de fin d’année. Il y en a fait une simple déclaration de principe et l’a expressément exclu de ses priorités pour l’année 2022. Pour le PDCI-RDA et le PPA-CI, il ne saurait avoir de priorité plus élevée que la recherche de la réconciliation nationale et de la paix, but ultime attendu du dialogue politique qu’appellent à l’unisson nos compatriotes ».

En quoi rappeler ce qui ne va pas et encourager celui qui a la responsabilité de tout mettre en ordre, à le faire sans a priori, est-il un procès d’intention ? A moins que le niveau du langage ne soit trop élevé pour la compréhension du RHDP. Sur le deuxième volet de cette déclaration, le RHDP s’est érigé en véritable avocat-défenseur du procureur de la République Adou Richard.

« (…) Le RHDP tient à rappeler que ces faits sont d’une gravité telle qu’il importe de savoir ce qui s’est réellement passé et surtout de connaître le degré de participation des personnes incriminées. Cela nous semble capital et même préalable à la réconciliation véritable que les Ivoiriens appellent de tous leurs vœux. La Justice ivoirienne est donc dans son rôle ; le procureur de la République est dans le champ de ses prérogatives lorsqu’il informe l’opinion publique des suites judiciaires d’une procédure qui, en réalité, n’a pas commencé le 27 décembre 2021, mais ne fait que se poursuivre ».

Pour le PDCI-RDA et le PPA-CI, il ne saurait avoir de priorité plus élevée que la recherche de la réconciliation nationale et de la paix

Le PDCI-RDA et le PPA-CI ne dit pas autre chose que la justice soit équitable et les enquêtes complètes, parce que la faute n’est pas forcement là où le procureur veut l’imputer : «… Demandent au chef de l’Etat, dont le troisième mandat a aggravé la fracture sociale, d’inscrire, enfin, le dialogue politique parmi ses priorités pour l’année 2022 ». Le ministre Adjoumani, qui précise par ailleurs que « le dialogue politique ne saurait être une entrave au fonctionnement normal de la justice….. Le RHDP constate que le PDCI-RDA et le PPA-CI veulent se servir de ce dialogue politique pour s’assurer une immunité juridictionnelle et une impunité, sans toutefois reconnaître leurs forfaits…», a fait savoir le porte-parole principal du RHDP.

Pourquoi le forfait doit être du seul côté de ceux qui ont réagi au non-respect de la Constitution (la cause) et non de celui de ceux qui ont occasionné ce non-respect de la Constitution (la cause) ? En tout état de cause, le PDCI-RDA et le PPA-CI « Réaffirment leurs engagements à participer au dialogue politique qu’ils souhaitent sincère, dans l’unique intérêt de nos compatriotes et des populations qui nous font l’amitié de vivre dans notre pays… ». Car à la vérité, en lieu et place d’une justice dirigée uniquement contre un camp, seul un dialogue sincère pourra vider tous les contentieux à commencer par le piétinement de la loi fondamentale qui a tout déclenché.

Nouveau Réveil


Laisser un commentaire

Affi N'guessan: "pour que je ne sois pas son 1er vice-président, Gbagbo a préféré créer le PPA-CI"
Côte d'Ivoire : Emprisonnés ou contraints à l’exil, le martyre interminable de Soro et de ses proches...
Maman GSK : « Si Soro voulait le pouvoir par coup d’Etat, il s’en serait emparé depuis longtemps »
Côte d’Ivoire - Poursuites envisagées contre Bédié: Ce qu'il faut craindre
Côte d’Ivoire : Après une Fake News sur Ouattara, le cyberactiviste RHDP Sinaly Dosso arrêté

Autres articles