Actualités - Présidentielle 2020

Pour une compétition loyale, « qu’on permette à Guillaume Soro de se présenter à l’élection présidentielle »


Publié le 14 Mars 2020 à 13:50
Source: Autres Sources
955

Autres Sources

Mamadou Traoré plaide pour une présidentielle ivoirienne 2020 ouverte et demande que Soro rejoigne la compétition, pour battre le candidat RHDP à la loyale.

Il a enfin été choisi le candidat du Restaurant.

Les rumeurs qui le désignaient comme étant le candidat du Restaurant se sont avérées. A tous ces clients du Restaurant qui avaient souhaité que Guillaume Soro reste au Restaurant et qu’il fasse preuve de patience afin d’être choisi comme le poulain de leur gourou doivent déchanter aujourd’hui.

En réalité, tout avait été bouclé depuis belle lurette.

Guillaume Soro savait qu’il n’y aurait pas de primaire pour choisir le candidat du Restaurant.

Depuis longtemps, il avait eu des échos du fait que le choix du gourou du Restaurant ne se ferait pas sur la base de primaire, mais qu’il s’imposerait à tous sous le maquillage savant d’un consensus.

Il a compris également que depuis ce temps là, il n’était plus le bienvenu dans ce Restaurant car son aura dérangeait terriblement le gourou du Restaurant et ses prétendants à sa succession.

Il a compris que toutes les attaques dont il était l’objet, pendant qu’il était au Restaurant, venaient de ceux qui voyaient en lui un empêcheur de tourner en rond.

C’est pourquoi très tôt, il a pris ses distances lorsqu’on a voulu monnayer son adhésion à ce Restaurant à son maintien au poste de Président de l’Assemblée nationale.

Étant un homme qui accorde une grande importance à son honneur et à sa dignité, il a préféré accepter la démission qu’on lui a tendue.

S’il était resté au Restaurant, il aurait été humilié comme ces nombreux cadres de ce Restaurant qui, par couardise, ont été contraints de se plier au choix du gourou.

Je crois que tous ceux qui reprochaient à Guillaume Soro d’être parti du Restaurant devraient admettre aujourd’hui qu’ils s’étaient trompés de jugement.

Guillaume Soro ne pouvait pas être le choix du gourou du Restaurant car trop indépendant.

Il n’aurait jamais accepté, comme un toutou, qu’on lui dicte ses conduites en tant que Chef d’Etat. N’étant pas un béni-oui-oui, il savait qu’il n’allait pas accepter d’être le pantin de quelqu’un.

Le seul maître à qui il allait rendre compte, c’est le peuple qui l’a élu.

Maintenant que nous connaissons tous le candidat du Restaurant, que la compétition soit ouverte.

Qu’on permette à Guillaume Soro et à tous ceux qui ont des prétentions présidentiables de se présenter à l’élection présidentielle et qu’on les batte à la loyale si on pense être suffisamment populaire.

Sinon, si le candidat du Restaurant va à une compétition électorale sans de véritables adversaires, nous assisterons à une élection comme celle d’octobre 2000. Une élection où tous les adversaires sérieux ont été écartés, dont le gourou du Restaurant.

Et le candidat qui sera élu après cette élection n’aura aucune légitimité populaire. Avec un statut de mal élu, pour se faire accepter ou s’imposer, le candidat du Restaurant, s’il venait à s’imposer par une mascarade d’élection, serait obligé de gouverner le pays d’une main de fer. Il serait obligé d’instituer un climat de peur pour gouverner tranquillement. Bref, il serait obligé de se vêtir de la tunique du dictateur africain.

Mais pour combien de temps ?

Je souhaite vivement que l’élection présidentielle d’octobre 2020 soit une élection ouverte à tous afin que nous sortions de ce cycle infernal de crises liées aux élections présidentielles.

Sinon, nous risquons d’assister à une crise politique qui risque d’anéantir tous ces petits acquis que le gourou du Restaurant a pu obtenir.

Que la sagesse gagne les cœurs des gens du Restaurant.

N’oublions pas que généralement les héritiers gaspillent toujours les biens légués à eux par leurs parents décédés.

Que Dieu nous protège des incessantes crises liées aux élections.




Laisser un commentaire

Kouadio Konan Bertin (KKB) cité dans une affaire de viol, vers une démission ou un limogeage du ministre ?
Guinée : Voici ceux qui gèrent le pays après la chute d'Alpha Condé, toute la liste
Interview à Jeune Afrique : les faits et propos qui rattrapent Alassane Ouattara
Présidentielle 2025 : Téné Birahima, RHDP, Soro, Bédié, Gbagbo...le président Ouattara dit ses vérités
Blé Goudé, Eric Kahé et Boni-Claverie refusent de rejoindre le futur parti de Gbagbo (Ivoir’Hebdo)

Autres articles


Top articles

Publié le 05 Mars 2021 à 08:56 | 9423