Actualités - Politique

Privatisation de l'hôpital, cadeau empoisonné de Ouattara avant son départ


Publié le 15 Mars 2019 à 15:41
Source: Autres Source
1347

Photo d`archive utilisée juste a titre d`illustration

Le Conseil des ministres de Côte d'Ivoire de mercredi 13 mars dit ceci : « Au titre du Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique. Le Conseil a adopté un projet de loi portant réforme hospitalière.

Ce projet de loi définit et fixe le cadre général de la réforme hospitalière. Cette réforme repose sur la création d’une nouvelle catégorie d’Établissement Public dénommé Établissement Public Hospitalier (EPH), qui porte le malade au cœur du système et permet aux hôpitaux de fonctionner suivant un mode de gestion axée sur les résultats, en leur donnant les moyens d’offrir des soins continus, globaux et de qualité au meilleur coût.

A LIRE AUSSI: 

Côte d'Ivoire : Soul To Soul invité à se présenter à la DRH du Ministère des Affaires Etrangères

Ce projet de loi engage une réelle modernisation de la gouvernance, de l’organisation et du fonctionnement des établissements hospitaliers, compte tenu de la faculté reconnue aux EPH d’exercer suivant un mode de gestion privée. Ce modèle de gouvernance garantit la gestion optimale du patrimoine et la participation des établissements hospitaliers privés au service public hospitalier, tout en préservant son caractère social. »

Pour faire plus simple, le privé va entrer dans la gestion de l’hôpital public ivoirien. Pourquoi une telle ouverture ? Le gouvernement ivoirien aurait pourtant pu lancer un appel à candidatures à des spécialistes de gestions pour diriger pour le compte de l’État les établissements hospitaliers publics.

Ces personnes auraient pu rivaliser de plans d’action des réformes qu’elles pourraient engager pour moderniser nos centres de soins et les rendre moins budgétivores que non. On laisse entrer le privé dans l’entreprise publique tout en sachant qu’il n’aura pour unique objectif que la réalisation de ses profits. Le privé ne faisant jamais du social, contrairement à l’État, les populations ne devraient pas manquer de sentir ce changement.

A LIRE AUSSI: 

Côte d’Ivoire : « Le RDR-RHDP s’est mis à dos tout le monde à part ceux qui mangent avec lui » (Mamadou Traoré)

Un exemple pas très loin, à Bingerville, confirme la mauvaise idée de confier la chose publique à un privé. L’épouse du Président Ouattara, Mme Dominique Ouattara a construit un hôpital baptisé « Mère enfant de Bingerville » avec l’aide financière de l’État. Ce n’est pas le centre le plus fréquenté par les femmes de Côte d’Ivoire et il ne faut pas chercher loin pour savoir pourquoi.

Dans cet établissement offert par le Président Ouattara à son épouse avec des fonds publics, un accouchement normal est facturé entre 255 000 FCFA et 350 000 FCFA. Comment cela devient-il possible dans un pays où le salaire moyen du travailleur est estimé à moins de 100 000 FCFA ? Une Césarienne sur place se pratique pour 650 000 FCFA ou 750 000 FCFA. Elles sont où les mères de Côte d’Ivoire qui peuvent s’offrir de tels soins ?




Laisser un commentaire

Côte d’Ivoire : « Si l’orgueil de ses partisans n’avait pas pris le dessus, mon grand frère chéri...
Démission de Duncan soupçonné de collusion avec Amon Tanoh et Chris Yapi (Côte d’Ivoire)
Ouattara nomme Patrick Achi PM en remplacement d'Amadou Gon
Côte d’Ivoire : Qui a barré le nom de Duncan dans le communiqué nécrologique de Gon ?
Politique-Santé-Le président du Sénat-Kouadio Ahoussou Jeannot victime d’un malaise ?

Autres articles