Actualités - Politique Nationale

Rapport final du dialogue politique : Une patate chaude dans les mains de Ouattara


Publié le 08 Mars 2022 à 10:25
Source: Autres Sources
188

Photo d`archive utilisée juste a titre d`illustration

Le dialogue politique entre le pouvoir et l’opposition a pris fin le 4 mars dernier, sanctionné par un rapport final paraphé par les participants. Ce document qui, s’il est en mis en application, contient des remèdes pour l’apaisement et la réconciliation nationale, pourrait s’avérer une patte chaude entre les mains du président de la République.

Ouverts le 16 décembre 2021, les pourparlers entre le gouvernement et les partis et groupements politiques, ainsi que les organisations de la société civile se sont achevés le vendredi 4 mars dernier, sanctionnés par un rapport final. Ce document s’articule autour de quatre points essentiellement. Des quatre points mentionnés dans ledit rapport, le plus attendu et qui a surtout marqué l’attention est le point concernant les principales propositions débattues. Au nombre de trente, ces propositions dont les points saillants se résument au :

« retour accéléré des réfugiés et exilés des crises de 2010 à 2020 et leur réinsertion socio-économique ; la nécessité de mettre fin aux entraves relativement au libre fonctionnement des partis politiques ; le retour de messieurs Blé Goudé et Guillaume Kigbafori Soro, la mise en libération des prisonniers politiques, civils et militaires des crises de 2010 à 2020 ; l’arrêt des poursuites judiciaires contre les personnalités politiques suite aux crises liées aux élections locales de 2018 et à la présidentielle de 2020 ».

Le dialogue politique entre le pouvoir et l’opposition a pris fin le 4 mars sanctionné par un rapport final paraphé par les participants

Ces mesures ont été évoquées en vue d’obtenir un environnement politique apaisé. Outre ces points, il a été demandé entre autres, au titre de la réconciliation nationale, « la mise en place d’un système de justice et de réparation pour les victimes des violences politiques ; l’organisation des assises de la réconciliation ; la réflexion sur le système judiciaire et la réconciliation nationale… ».

Une réforme du cadre juridique et institutionnel des élections en Côte d’Ivoire a été aussi réclamé, notamment avec « la révision de la carte nationale d’identité (coût, absence de filiation apparente, délai), la révision du code électorale, la recomposition de la Commission électorale indépendante (CEI), l’équilibre du découpage électoral, la limitation de l’âge des candidats à l’élection présidentielle… ».

La mise en libération des prisonniers politiques, civils et militaires des crises de 2010 à 2020

Tout ceci a été accompagné de nombreuses recommandations faites à Alassane Ouattara pour un environnement politique apaisé, la réconciliation nationale et la réforme du cadre juridique et institutionnel des élections en Côte d’Ivoire et du suivi de la mise en œuvre de ces derniers. Annoncé en fanfare par le président de la République comme gage de sa bonne volonté pour la paix et la réconciliation nationale, le dialogue politique, on peut le dire, lui a offert de la graine.

Il revient donc au chef de l’exécutif d’en faire bon usage de sorte à en obtenir des fruits qui feront le bonheur de l’ensemble des Ivoiriens. Des Ivoiriens se sont retrouvés pour faire des propositions qui prennent en compte les aspirations des filles et fils de la Côte d’Ivoire. Les regards sont désormais orientés vers l’occupant du Palais présidentiel qui est face au filtre de la sincérité de son dialogue politique.

Générations Nouvelles


Laisser un commentaire

Koné Kobali répond à Lobognon : « Après 18 ans tu n’as pas pris de Soro le meilleur »
Charge contre Soro : « Lobognon recherche un tabouret confortable qui met du temps à venir »
Soro donne de ses nouvelles : « Le terrain politique nous reste entièrement favorable »
Guillaume Soro, samedi face à ses partisans : « GPS va conquérir le pouvoir et nous allons diriger la...
Bédié joue-t-il avec le feu ? Damana Pickass tacle à nouveau Blé Goudé, Soro Guillaume et Hubert Oulaye...

Autres articles