Actualités - Rébellion 2002

Sommes-nous dans un schéma où tous les Ivoiriens sont libres d’être candidats en 2020 ?


Publié le 28 Janvier 2020 à 11:51
Source: Autre Presse
696

Photo d`archive utilisée juste a titre d`illustration

Une vidéo partagée dans plusieurs forums est revenue sur la rébellion armée du 19 septembre 2002. Le Président Alassane Ouattara, le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, Chérif Ousmane ainsi que plusieurs autres personnalités proches du RHDP, ont expliqué comment elles ont vécu cette période douloureuse de l’histoire ivoirienne. Pour Chérif Ousmane, leur action était de mettre en place un état de droit où chaque Ivoirien était libre d’être candidat. Peut-il en dire autant en 2020 ?

Chérif Ousmane, commandant de la compagnie guépard au fort de la rébellion armée qui a attaqué la Côte d’Ivoire se confesse. « Nous n’avons même pas imaginé que nous ferions 48 heures dans cette crise. Nous avions un effectif très réduit, nous avions moins de matériel. De plus, Nous nous sommes, je dirai, servis sur le terrain. Nous ne nous sommes pas projetés dans la durée ».

Poursuivant : « Pour nous, c’était une opération qui devait se tenir en une nuit et le lendemain nous prenions le pouvoir et ensuite celui qui allait être le président de la République, s’il faut le dire, arrivait à organiser des élections. Je pense que pour nous, c’était de mettre en place un Etat de droit où chaque Ivoirien était libre d’être candidat, c’est très important. Que vous soyez du sud, du nord, de l’est cette candidature devait pouvoir scellée la réconciliation définitive des Ivoiriens », a déclaré le Colonel major Chérif Ousmane.

IVOIRIENS EN EXIL ET PRO-SORO TRAQUÉS

Alors, quand on sait qu’une bonne partie des Ivoiriens vivent encore en exil en dépit de quelques gestes entrepris pour leur retour qui ne les rassurent pas pour autant. Par ailleurs, les poursuites des auteurs des crimes de cette crise n’ont eu pour cible que ceux du camp adverse près de dix ans après.

En outre, la traque sans répit de Guillaume Soro, patron de la rébellion de 2002 et ses partisans qui ressemblent étrangement à celle subie par Alassane Ouattara et ses collaborateurs lorsqu’ils étaient à l’opposition. Ainsi, plusieurs questions restent en suspens après les déclarations de l’ancien comzone de Bouaké. L’Etat de droit dont parle Chérif Ousmane a-t-il été mis en place ? De plus, la réconciliation définitive entre les Ivoiriens a-t-elle effectivement été scellée ? Sommes-nous dans un schéma où tous les Ivoiriens sont libres d’être candidats en 2020 ?




Laisser un commentaire

Côte d’Ivoire : « Si l’orgueil de ses partisans n’avait pas pris le dessus, mon grand frère chéri...
Démission de Duncan soupçonné de collusion avec Amon Tanoh et Chris Yapi (Côte d’Ivoire)
Ouattara nomme Patrick Achi PM en remplacement d'Amadou Gon
Côte d’Ivoire : Qui a barré le nom de Duncan dans le communiqué nécrologique de Gon ?
Politique-Santé-Le président du Sénat-Kouadio Ahoussou Jeannot victime d’un malaise ?

Autres articles