Actualités - Politique Nationale

Transition au Mali : Assimi Goïta joue la carte diplomatique avec la Cédéao


Publié le 07 Janvier 2022 à 09:49
Source: Autres Sources
271

Photo d`archive utilisée juste a titre d`illustration

Au Mali, l’heure est désormais à l’apaisement entre Bamako et la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao). Le chef d’Etat malien Assimi Goïta a dépêché auprès de ses pairs ouest-africains le colonel Abdoulaye Maiga, ministre porte-parole du gouvernement, Abdoulaye Diop, ministre malien des Affaires étrangères et de la coopération internationale et Zeini Moulaye, président du Haut panel des Assises nationales de la refondation (ANR).

Cette démarche qui se veut inclusive de la junte malienne, a pour but d’expliquer aux chefs d’Etats de l’espace communautaire les conclusions des Assises nationales de la refondation. La délégation malienne a déjà sillonné le Burkina Faso, la Sierra Léone, la Côte d’Ivoire et le Ghana. Elle continuera son périple au Nigeria chez Muhammadu Buhari avant de rallier par Accra au Ghana pour le sommet de dimanche.

Les Assises de la refondation préconisent de prolonger la transition au Mali de « six mois à cinq ans » et de reporter les élections jusqu’à cette échéance. Mais cette décision soulève des vagues au sein de la Cedeao.

« Cinq ans de transition pour des putschistes ? C’est par exemple plus que le mandat d’un président démocratiquement élu au Nigeria » a confié un membre de la délégation de la médiation présent à Bamako. Selon Goodluck Jonathan, médiateur de la Cedeao dans la crise malienne, la transition politique de cinq ans n’est pas acceptée au sein de l’espace communautaire.

Partant de ce constat, la diplomatie malienne joue désormais l’apaisement. « Ce nouveau chronogramme déjà présenté à certains chefs d’Etat de l’Espace communautaire n’est pas un calendrier figé, il est discutable » a rétorqué Abdoulaye Diop. « Pour nous, cinq ans c’est une base de discussion, nous sommes prêts à revoir cette durée à la baisse » a ajouté un conseiller d’Assimi Goïta.

Alors que les chefs d’Etat de la Cedeao se réunissent dimanche prochain à Accra, les militaires abattent désormais la carte diplomatique afin d’échapper à de nouvelles sanctions de l'organisation sous-régionale.


Laisser un commentaire

Affi N'guessan: "pour que je ne sois pas son 1er vice-président, Gbagbo a préféré créer le PPA-CI"
Côte d'Ivoire : Emprisonnés ou contraints à l’exil, le martyre interminable de Soro et de ses proches...
Maman GSK : « Si Soro voulait le pouvoir par coup d’Etat, il s’en serait emparé depuis longtemps »
Côte d’Ivoire - Poursuites envisagées contre Bédié: Ce qu'il faut craindre
Côte d’Ivoire : Après une Fake News sur Ouattara, le cyberactiviste RHDP Sinaly Dosso arrêté

Autres articles