Faits divers - Drame à Abobo

Abobo : Un étudiant de 28 ans tue son ex-copine, la met dans une barrique puis la jette dans un ravin


Publié le 04 Septembre 2020 à 20:34
Source: lecourrierquotidien.com
2840

Autres Sources

Les habitants d’Abobo sont presque sans voix. Et ce, en raison d’un crime odieux qui s’est produit dans leur cité le 30 août dernier. Les faits 

Le mercredi 02 Septembre 2020, aux environs de 09 heures, suite à une information relative à la découverte d'un corps sans vie dans un ravin à Abobo plaque 2, le chef de service du Commissariat de Police du 13ème arrondissement a procédé aux différentes constatations d'usage. Il s'agissait d'un corps dans un ravin d'environ 25 mètres de profondeur, d'une personne adulte de sexe féminin, vêtue de robe fleurie, d'environ 1, 66 mètre, couchée sur le dos en état de putréfaction, ne portant à l'oeil nu aucune trace de violences.

Quelques temps plus tard, les sieurs PJC, 46 ans, enseignant et OGSA, 28 ans, étudiant, ont déclaré au Commissariat la disparition depuis le dimanche 30 Août 2020, de sa fille pour le premier cité et pour le second, de son ex-petite amie. Après interrogatoire et perquisition au domicile du nommé OGSA, ce dernier est passé aux aveux et a reconnu être l'auteur du meurtre de la nommée KAMP, son ex-petite amie et mère de leur fils âgé d'un an et trois mois.

Selon lui, une dispute aurait éclaté entre son ex-petite amie et lui dans sa chambre à coucher. Cette dernière, toujours selon ses dires, armée d'un couteau se serait attaqué à lui et dans son élan, il l'aurait assommée mortellement de deux coups de pierre à la nuque. Après son forfait, il l'a mise dans un gros sac qu'il a gardé dans une barrique. Le lendemain, il a eu besoin des services de charretiers pour transporter et jeter la victime dans ledit ravin. Il sera déféré devant les tribunaux pour répondre de ses actes.

Source : Direction générale de la police nationale


Laisser un commentaire

Des brouteurs ivoiriens arnaquent 1 milliard à des sexagénaires québécois
Une Ivoirienne à Stuttgart : « en Allemagne, ce sont les femmes qui draguent »
Coucher avec 3 femmes par jour, il n'en peut plus, il veut arrêter les rituels de l'argent
Partir pour une prière de délivrance, je ne savais pas que ça finirait "comme ça"
Surprise de voir que sa victime est le commandant de brigade de la gendarmerie : Voici sa réaction

Autres articles

Top articles