Faits divers - Situation sécuritaire

Daloa : Un officier de police et un gendarme se battent en plein corridor


Publié le 16 Avril 2020 à 07:55
Source: Autres Sources
5565

Photo d'illustration

Décidément, rien ne semble aller entre policiers et gendarmes en service à Daloa. Après la grosse polémique née de la saisie d’armes effectuée au corridor ouest de la ville, le 5 avril 2020 et dont chacun des deux corps revendique la paternité de l'opération, voilà encore un autre spectacle des plus déshonorants, qu'ils nous livrent.

Et là, comble de ridicule, c'est un gendarme de la cellule anti-drogue et un officier de police en service au commissariat du 2e arrondissement de la ville, qui se tabassent en pleine voie publique. C'était le lundi 13 avril 2020.

Sur les faits, nos sources expliquent que nous sommes aux alentours de 16h, quand l'officier de police, au volant d'un véhicule de type 4X4, parvient au corridor dressé sur la voie menant à la petite localité fluviale de Guessabo.

Le jeune gendarme de la cellule anti-drogue, qui s'y tient, demande au conducteur de marquer l'arrêt pour un contrôle. Un conducteur en tenue civile, qu'il prend pour n'importe quel automobiliste.

Mais apprend-on, l'officier de police, non seulement, ne décline pas son identité et ses qualités professionnelles, mais refuse de soumettre son véhicule à une fouille. S'en suit alors, une vive altercation entre les deux hommes. L'officier de police s'estime bafoué dans son honneur. Et il va réagir comme il ne fallait pas, en envoyant un direct au visage du jeune gendarme. Ce dernier, semble-t-il, riposte.

Devant la rixe qui amuse les passants, les autres frères d'armes postés à ce corridor, que sont des militaires, des gendarmes, des agents des Eaux et forêts, des policiers...interviennent énergiquement, pour mettre un terme au pugilat.

Informé de la situation, nous nous rendons sur place. Un agent, rencontré sur les lieux, très remonté : « Vous savez, parmi nous, il y a des zélés. Être un officier, ne vous place pas au dessus de la loi. Ici, nous soumettons tout le monde à un contrôle. L'officier se serait présenté tranquillement, que tout cela ne serait pas arrivé. C'est certes notre supérieur, mais il a très mal agi. Nous attendons donc ce que vont décider nos différentes hiérarchies », lance-t-il.

Un autre agent va plus loin : « Cet officier se croit mieux que les autres. Et de plus, il est soupçonné de servir de rampe de passe à des comprimés prohibés qu'il livre clandestinement à des vendeurs. Notamment, des gérants de kiosque à café. Cela, bien entendu, contre des ristournes ». Vrai ou faux ?

En tout cas, des accusations très graves, qui en disent davantage sur les relations exécrables entre policiers et gendarmes à Daloa. Il va donc falloir que leurs supérieurs gèrent la chose avec beaucoup plus de sérieux, pour éviter une situation irréparable entre les deux corps en service dans cette Cité des antilopes.


Laisser un commentaire

Un propriétaire de bar se tue dans un grave accident de la circulation le premier jour de l’ouverture...
Côte d'Ivoire / Scandale sexuel : un chef du village pris à l'hôtel avec la femme de son notable
Dimbokro : Un corbillard plonge dans le fleuve Kanh, ce qui est arrivé au chauffeur
Côte d'Ivoire/Insécurité : kidnappées, 3 jeunes étudiantes réussissent à s'échapper grâce à une...
Abidjan/ Drame : Un élève de 1ère trouve la mort dans une bagarre

Autres articles