Faits divers - Situation Sécuritaire

Koumassi : Un malfrat se fait épingler par la police après avoir agressé un taximètre, volé sa recette et cassé les phares et pare-brise de son taxi


Publié le 10 Septembre 2020 à 12:26
Source: Autre Presse
2641

Photo d`archive utilisée juste a titre d`illustration

Le pare-brise et les phares du taxi ont été cassés par les deux malfrats après avoir agressé et dépouillé le chauffeur

Un jeune ivoirien de 20 ans et son complice ont agressé, dans la nuit du mercredi 9 septembre 2020, à Soweto (Koumassi), un chauffeur de taxi compteur qu’ils ont pris en course, avant de casser les phares et le pare-brise avant de son véhicule. Manque de pot pour D.I., il a été interpellé quelques minutes plus tard par les éléments de la Cellule criminelle du commissariat de police du 36ème arrondissement de la commune, après la plainte de la victime.

Ils ne sont même pas ‘’élégants’’, ces deux malfrats qui ont agressé au couteau, le taximètre OYJ, domicilié à Adjaoui, dans la nuit du mercredi 9 septembre 2020, au quartier Soweto, dans la commune de Koumassi. Sous la menace d’un couteau, ils ont dépouillé le pauvre chauffeur de sa recette évaluée à 32500 francs cfa et de son téléphone portable. Comme si cela ne suffisait pas, ils se sont acharnés sur son taxi en brisant les phares et le pare-brise avant. Satisfaits de leur ‘’fait d’arme’’, ils se sont fondus dans la nature.

Mais grâce à la promptitude de la Cellule criminelle du 36ème arrondissement du commissariat de police, l’un des bandits, notamment D.I. âgé de 20 ans, ne jouira pas du fruit de ce vol doublé d’agression et de destruction de bien d’autrui. Ce dernier a été interpellé quelques minutes seulement après leur forfait.

A en croire des sources policières, le chauffeur du taxi compteur OYJ, a débarqué au commissariat de police du 36ème arrondissement de Koumassi à 3h20, pour déposer une plainte contre « deux individus identifiables pour les délits d’agression à l’arme blanche, suivi de coups et blessures volontaires et de destruction de bien d’autrui ». Il revient à Linfodrome que le pauvre chauffeur a été hélé par les deux lascars aux environs de 2 heures, à Marcory devant le bar dénommé « Le Piment ». Au taximètre, ils font savoir qu’ils désirent se rendre au quartier Soweto.

Sans savoir qu’il avait affaire à deux bandits, le chauffeur a commencé à se frotter les mains à l’idée qu’il allait augmenter sa recette. Mal lui en prit. On le verra par la suite. L’un des malfrats s’installe confortablement sur la baquette arrière tandis que l’autre prend place à côté du taximètre. Arrivé à destination à Soweto, à environs 30mètres sur une ruelle après la gare de pinasse, le passager assis à l'arrière a sorti un couteau qu'il a pointé à son cou. Le second assis à l'avant, l'a dépossédé de la recette, évaluée à 32500 et de son téléphone portable.

Le pauvre chauffeur pense alors qu’il est au bout de ses peines. Que nenni. Les deux mauvais garçons s’acharnent sur son taxi en cassant les deux phares et le pare-brise avant de prendre la tangente.

Après la plainte du chauffeur, le commissaire Kader Ouattara actionne sa Cellule criminelle à l’effet d’y effectuer une patrouille, en tenue civile et à moto KTM, dans le quartier. Bingo ! Au cours de cette patrouille, les policiers ont aperçu un groupe de 04 jeunes dont un répondait au signalement donné par la victime. Celui-ci a été interpellé et conduit au poste de police.

Palpé, il a été découvert en sa possession quatre téléphones portables et la somme de 17600FCfa.

Invité à décliner son identité, il déclare se nommer D.I., 20 ans, ivoirien, sans domicile fixe.

Interrogé sur la provenance des objets, il a avoué qu'un des portables et cette somme d'argent ont été sa part du butin après le vol et l’agression du chauffeur.

Il a été écroué et sera déféré devant le parquet pour répondre de ses actes.

Quant à son complice en fuite, il est activement recherché par la police.


Laisser un commentaire

Des brouteurs ivoiriens arnaquent 1 milliard à des sexagénaires québécois
Une Ivoirienne à Stuttgart : « en Allemagne, ce sont les femmes qui draguent »
Coucher avec 3 femmes par jour, il n'en peut plus, il veut arrêter les rituels de l'argent
Partir pour une prière de délivrance, je ne savais pas que ça finirait "comme ça"
Surprise de voir que sa victime est le commandant de brigade de la gendarmerie : Voici sa réaction

Autres articles

Top articles