Faits divers - AWA LA PETITE VENDEUSE

L'histoire vrai d'un gamin de 10 ans qui prend pitié d'une pauvre petite vendeuse


Publié le 20 Août 2020 à 19:43
Source: lecourrierquotidien.com
5201

Autres Sources

AWA LA PETITE VENDEUSE

Étendu sur son grand lit, Yoann feuillettait un catalogue. Les photos des jouets qui défilaient à ses yeux étaient tous si impressionnants qu'il avait l'embarras du choix. Mais, il fallait qu'il se décide au plus vite. Son père viendrait le chercher dans peu de temps pour qu'ils aillent en boutique. Pour l'anniversaire de ses 10 ans, on lui offrait le cadeau de son choix. 

Le père du garçon ouvrit la porte de sa chambre :

- Tu es prêt, mon fils, on y va ?

- Oui papa, j'ai hâte !

- Je peux voir ce que tu as choisi ?

Le père se mit au chevet du petit ''anniversaireux'', et se pencha sur le livre.

- Haha, tu as choisi cette voiture ! s'exclama-t-il en suivant l'index du mioche. La même que la mienne !

- Eh oui papa. Je l'adore, celle-là, même si j'avais l'embarras avec le qwad. Et tu vois le prix qui est marqué ? 3.500.000 francs. Wahoo !

- Ce n'est rien pour ton père. Pour toi, je ferais tout. Allez, lève-toi, on s'en va.

Une somptueuse Ferrari gara devant une boutique, au cœur de la ville. Yoann descendit et courut glisser sa main dans celle de son père. Ils entrèrent dans le magasin en se souriant.

À la vue de tous les beaux jouets ornant l'immense espace, le garçon se mit à courir dans tous les sens, en s'arrêtant quelques fois pour caresser des joujoux. Voici le véhicule qu'il avait choisi ! Le même que celui de son père, en miniature.

Yoann s'accroupit devant sa future Ferrari, et l'embrassa de mille baisers, sous les yeux brillants de son papa ainsi que du libanais, le propriétaire du coin qui était certain de tenir une bonne affaire. 

- Il est heureux, votre garçon, affirma le commerçant, souriant. C'est ce jouet qu'il veut, apparemment...

- Oui, nous l'avons vu dans votre catalogue. Nous le prenons. Allez Yoann, on l'achète !

- Yes, papa !

Au comptoir, alors que son père faisait sortir l'argent pour régler la facture en liquide, Yoann eut le regard figé. Derrière la vitrine, il aperçut une fille de son âge, la tête chargée de fruits. Le garçon s'approcha de la devanture, le front pointé contre la vitre. La petite fille derrière négociait avec des clients pour vendre ses pommes. Le cœur du garçon se froissa. Quelque chose l'avait éperonné. 

L' enfant courut vers son père et le stoppa dans son achat :

- N'achète plus le jouet, papa ! Viens !

L' homme fourra ses billets de banque et se laissa traîner par son fils jusqu'au dehors. Ils s'arrêtèrent devant la petite vendeuse de fruits. Le père regarda son gamin sans comprendre où il voulait en venir :

- Qu'y a-t-il, Yoann ?

- Papa, ce qu'il y a, c'est que j'ai mal de voir une enfant avec un tel fardeau sur la tête. Je ne veux plus de Ferrari, qui coûte en plus une fortune ! Pour mon cadeau d'anniversaire, si tu as la possibilité de faire en sorte que cette fille ne traîne plus sur la tête une telle cuvette, fais le pour moi papa, et tu auras fait de moi le plus heureux des enfants !

Le père, silencieux, essuya les larmes qui pointèrent dans le coin de ses yeux. Il n'aurait pas vu la souffrance de la petite vendeuse si son fils ne l'avait pas alerté. Il en eut honte. Doucement, il se plia à la hauteur de la vendeuse et lui demanda :

- Comment tu t'appelles, petite princesse ?

- Je m'appelle Awa. Vous voulez des pommes ?

- Oui Awa, on prend toutes tes pommes. On les achète toutes. 

La petite fille sourit, en pensant à une blague. C'était la première fois qu'on lui proposait d'acheter toute sa cuvette.

 Le père de Yoann déversa les fruits dans sa voiture et paya à la petite ce qu'il lui devait.

- Tu habites où, petite princesse, et avec qui ? 

- Juste derrière le marché, avec mes parents, fit la petite encore sous le coup de l'émerveillement...

- D'accord. Tu peux nous montrer chez toi ?

- Oui tonton.

Ils embarquèrent la petite à bord de la Ferrari. Elle guida le chauffeur jusqu'à ce qu'ils débarquent devant une maison en bicoque.

- Voici chez moi, c'est ici !

Ils descendirent de voiture. Yoann prit la main d'Awa, et ils marchèrent vers la maison comme s'ils se connaissaient depuis longtemps. ''L'anniversaireux'' leva les yeux vers son père qui le tenait par l'épaule :

- Merci beaucoup papa.

    L' homme s'abaissa et murmura à l'oreille de son fils :

- Non seulement je te promets que cette fillette ne chargera plus jamais de cuvette, mais aussi, pour ton anniversaire, tu auras toujours ta petite Ferrari !

- Youpi !

Et Awa les regardait les yeux brillants, quelque chose lui disant qu'elle venait de rencontrer des Bon Samaritain qui changeraient la misérable vie de sa famille...

En effet, le gentil tonton permit à ses parents d'avoir une boutique pour avoir de quoi subvenir à leur besoin. Awa elle, arrêta de faire la marchande ambulante, inscrite dans la même école bourgeoise que le gamin de 10 ans qui devint son ami. Quand ils n'avaient pas cours, ils étudiaient avec le même répétiteur dans la somptueuse villa ou se mettaient à jouer ensemble dans le grand jardin en souriant à la vie.

Louis-César BANCÉ


Laisser un commentaire

Vives tensions entre deux villages de Bangolo : Une jeune femme meurt après avoir été battue par les deux...
Béoumi : Un pasteur devenu conseiller spirituel d’un couple surpris en pleins rapports sexuels avec la...
Son cousin menace de le tuer en sorcellerie : Il l'enterre vivant
Côte d'Ivoire : Le profanateur de tombe pour se confectionner un gri-gri anti sorcier, écope de six mois...
Côte d'Ivoire : Macabre découverte d'un homme étranglé et égorgé à son domicile

Autres articles