Faits divers - Témoignage

Témoignage: Le fait d'être admise dans un internat de jeunes filles à fait de moi une lesbie*ne


Publié le 24 Août 2020 à 23:48
Source: Autre Presse
10272

Photo d`archive utilisée juste a titre d`illustration

Je me nomme Tania,je suis une jeune fille de 27 ans Actrice dans une web-série qui cartonne sur la toile.

Aujourd'hui je vis une vie qui ne me siert pas du tout, et je regrette beaucoup,car je méritais de vivre une vie normale comme les autres filles de mon âge si je n'avait pas été admise dans un internat de jeunes filles.

Mais ce choix de mes parents a changé complètement ma vie jusqu'à aujourd'hui je subis les conséquences.

En effet, Je suis arrivée dans cet internat en temps qu'une jeune fille normale et innocente qui était là pour ses études.

Nous étions entre jeunes filles dans les chambres,dans les salles de classes,les douches et on se racontait tout.

Durant ma première année tout s'est bien passé jusqu'à ce que dans ma deuxième année j'ai une nouvelle co-chambriere du nom de Anita. 

Anita est le genre de fille, extravertie, sans scrupule qui passe son temps à faire des cachotteries. Au bout d'un certains Anita m'a avouée son attirance pour la gente féminine en me disant que je fais des effets sur elle.

Dans les débuts je voyais cela en taquinerie mais le jour qu'elle a commencé à me faire des attouchements et même à m'embrasser en trouvant les mots justes c'est là je me suis rendue compte que je venais de franchir la porte du nom retour.

Cela a duré tout mon parcours scolaire jusqu'à l'obtention de mon baccalauréat, Aujourd'hui, je voudrais vivre une vie normale mais je n'y arrive pas. Je voudrais fonder un foyer comme mes camarades, avoir des enfants et vivre heureuse comme une femme normale.

AIDEZ moi.


Laisser un commentaire

Soubré: la police interpelle un élève qui se déguise en femme pour commettre des vols
Abobo : Qui est coucounette, la fille qui à été agressée pour avoir refusé de donner son numéro à un...
Des brouteurs ivoiriens arnaquent 1 milliard à des sexagénaires québécois
Une Ivoirienne à Stuttgart : « en Allemagne, ce sont les femmes qui draguent »
Coucher avec 3 femmes par jour, il n'en peut plus, il veut arrêter les rituels de l'argent

Autres articles