Société - COVID19

52 millions détournés à l’Institut Pasteur ? Les techniciens menacent de bloquer les tests de la COVID-19


Publié le 04 Juillet 2020 à 14:24
Source: Autre Presse
6708

Photo d`archive utilisée juste a titre d`illustration


L’Institut Pasteur est menacé de paralysie. Le Collectif des ingénieurs et des techniciens supérieurs de recherche en service à l’Institut Pasteur de Côte d’Ivoire (Ipci) veut arrêter de travailler si sa revendication n’est pas prise en compte d’ici le 6 juillet 2020.

A savoir : Le paiement des indemnités de logement qui s’élèvent à cinquante-deux (52) millions de francs Cfa. Hier, au cours d’une conférence de presse, le Collectif a expliqué les raisons de cette  menace qui plane sur l’Institut Pasteur. « On nous doit autour de 52 millions de francs Cfa (…) On a dépensé notre argent (…) Si jamais personne ne nous reçoit jusqu’à ce que le préavis de grève inspire, les semaines qui suivent, il n’y aura pas de résultats de Covid-19. C’est très clair. Nous sommes quarante (40) personnes qui travaillons sur la COVID-19. Il n’y aura plus de traitement puisqu’il n’y aura plus de tests. Il n’y aura plus de traitement donc plus de résultats. Le second impact, c’est qu’il n’y aura pas d’analyses à l’Institut Pasteur de Cocody. Le préavis a été déposé aujourd’hui (Ndlr hier lundi), il inspire le lundi 6 juillet. Si à partir du mardi 7 juillet, rien n’est fait, nous entrons en grève », ont averti N’guessan Kouadio Florentin (secrétaire général) et ses camarades.

Comment sont-ils arrivés à ce bras de fer ? « Depuis le 31 août 2017, nous bénéficions d’indemnités de logement  à hauteur de quarante (40) mille francs Cfa par personne. Ces indemnités ont été suspendues par la Solde (…) On a mené des démarches et un arrêté a été pris nous rétablissant dans ces indemnités de logement. Depuis le 10 janvier 2019, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique a établi un arrêté pour nous rétablir dans la fonction de techniciens supérieurs de recherche.

Mais grande est notre surprise quand l’administration financière nous a informés que notre argent n’est pas pris en compte dans le budget 2020

Et cet arrêté nous donne officiellement droit à l’indemnité qui a été suspendue. Selon les conférenciers, toutes les autres structures bénéficiaires ont été rétablies sauf celle de l’Institut Pasteur. « Nous n’avons pas encore été rétablis », ont-ils dénoncé. « Nous avons mené des démarches (…) Au mois de mars, Madame la directrice, le professeur Mireille Dosso, nous a dit que c’était trop tôt pour demander une rallonge budgétaire. Donc il fallait attendre au mois de septembre 2019. Au mois de septembre, nous avons rappelé notre dossier, elle nous a demandé d’attendre le budget 2020 (…) Mais grande est notre surprise quand l’administration financière nous a informés que notre argent n’est pas pris en compte dans le budget 2020 », ont-ils fait savoir expliquant que leurs nombreuses démarches auprès de l’Institut Pasteur n’ont rien donné.

« Face au blocage, nous avons écrit au directeur général du Budget et il nous a répondu qu’il suffit que l’Institut Pasteur donne une autorisation de paiement pour qu’il nous paie. Mais elle nous a répondu qu’elle ne peut pas produire d’autorisation de paiement (…) Jusqu’à ce jour, nous n’avons pas encore perçu notre indemnité », ont poursuivi les conférenciers malgré les courriers adressés à leur ministère de tutelle et la Primature.

Samassi Mamadou, Daaf de l’Institut Pasteur : « Je m’inscris en faux aux propos… »

Joint au téléphone, hier, l’Institut Pasteur a expliqué que les informations données par le Collectif des ingénieurs et des techniciens supérieurs de recherche en service à l’Institut Pasteur de Côte d’Ivoire (Ipci) ne sont pas justes. « Je m’inscris en faux aux propos disant que l’Institut Pasteur a reçu de l’argent pour payer des primes de logement », a réagi Samassi Mamadou, directeur des Affaires administratives et financières (Daaf) de l’Institut Pasteur.

Et d’ajouter : « Toute prime de logement ou de transport pour les fonctionnaires doit être inscrite sur le bulletin de salaire. Alors moi, je m’exécute. Or ce n’est pas le cas. Donc je ne peux pas avoir de financement lié à cela. Nous sommes en comptabilité et il est aisé de vérifier une telle information ». Samassi Mamadou, pour conclure, a mentionné que l’Institut Pasteur n’a rien à cacher. « On est ouvert », a-t-il dit.

Nouveau Réveil


Laisser un commentaire

Affaire de 3e mandat: le commissariat de Bonoua incendié, le commissaire saisi et envoyé à la cour royale
Côte d’Ivoire : Terrible affrontements à la machette entre microbes à Abobo Samaké, plusieurs blessés...
S Kelly libéré par la justice avec sursis après un lobbying payant de A’Salfo auprès du Premier...
Molare raconte comment Carmen Sama a failli se suicider après avoir appris le décès de DJ Arafat : « Elle...
Election à la FIF : Tout est mélangé, deux camps différents, deux différentes conférences de presse...

Autres articles