Société - CNI

Coup de tonnerre. « Opération spéciale » de fraude sur la nationalité ivoirienne au Tribunal de Yopougon


Publié le 01 Juillet 2020 à 09:39
Source: lecourrierquotidien.com
6800

Photo d`archive utilisée juste a titre d`illustration


Le 27 juin dernier, tard dans la nuit un appel anonyme m’annonçait la réquisition d'un bureau à l'enceinte du tribunal de première instance de Yopougon pour l'établissement des certificats de nationalité destinés aux ressortissants des pays de la CEDEAO (Togo, Burkina Faso, Mali, Guinée...).

À la publication de l'information, certains griots du restaurant rhdp, comme à leur habitude, ont nié les faits, demandant par ma même occasion des preuves.

Aujourd'hui nous constatons tous la date d'émission de ce certificat de nationalité dont le nom du faussaire a été sciemment barré.

Alors nous remarquons tous que ce document a été établi le dimanche 28 juin 2020.

Quelle est cette administration ivoirienne qui signe les documents les dimanches ?

La mention "Opération spéciale" sur ce document n'est-elle pas révélatrice ?

C'est ici le lieu de rappeler à toutes fins utiles le risque que court notre pays, la Côte d'Ivoire, avec cette immixtion tendancieuse des étrangers dans notre politique, avec à la clé des documents officiels. Si nous voulons régler le problème d'invasion future de notre pays pour réserver une Côte d'Ivoire paisible à nos enfants et petits-enfants, c'est le moment de prendre le taureau par les cornes.

La préservation de nos acquis est un droit, rien à voir avec la xénophobie utilisée à tort par des éternels frustrés

Bonsoir chez vous chers miens.

FB_225 Rezopanacom


Laisser un commentaire

Tina Glamour à propos de l’affaire BB Carla: « Ma fille n’est pas sage mais je lui pardonne »
Dj Arafat: sa veuve Carmen Sama chez le Premier ministre Hamed Bakayoko
Côte d’Ivoire : « Le coût du test du Coronavirus est relevé à 50 000 FCFA à la charge du voyageur »,...
Lolo Beauté : « Mon premier mariage, j’y suis rentrée parce que j’avais faim »
Que cache la mobilisation soudaine de milliers de soldats de l'armée à Abidjan et à Bouaké

Autres articles