Sports - Election à la FIF

Mariam Dao Gabala dit toute la vérité : « Voici les 2 difficultés qui ont fait qu’on n’a pas pu tenir le délai du CONOR-FIF »


Publié le 28 Décembre 2021 à 15:43
Source: lecourrierquotidien.com
567

Photo d`archive utilisée juste a titre d`illustration

Mariam Dao Gabala a dans une interview accordée au quotidien Nouveau Réveil, expliqué les raisons des difficultés qui ont fait que la structure n’a pas pu tenir le délai. Selon la présidente du comité de normalisation de la Fédération Ivoirienne de Football (CONOR-FIF), la difficulté était de 2 ordres.

« La difficulté, elle était de 2 ordres. Le premier ordre, c’est par rapport à l’adoption des comptes. Par rapport à l’adoption des comptes, nous avons dû refaire avec le commissaire aux comptes tout le trajet de certification. Donc les inventaires, on a dû les refaire, on a dû les refaire même 4 fois

On a dû envoyer une équipe en Europe pour faire l’inventaire qu’il y’a en Europe. Il a fallu circulariser l’état. Pourquoi ? Parce que dans le premier rapport, il y avait une réserve sur une enveloppe qui était tellement importante qu’il fallait réduire ces réserves-là au minimum pour avoir une situation très claire de l’institution.


Dans ses réserves, il y avait un volet qui s’appelait créances à l’État. Donc il a fallu circulariser l’Etat pour savoir vraiment est-ce que vous devez ça à la FIFA ? L’État a répondu, les fournisseurs ont répondu, les banques ont répondu. Donc en ce moment-là, il nous faut passer un certain nombre d’écritures en accord avec le commissaire aux comptes, pour qu’une bonne fois pour toutes la situation soit clarifiée.

Donc ç’a été un travail de longue haleine. Mais ç’a été un travail qui a été payant parce que tout le monde a répondu. Par exemple, la question des comptes ç’a retardé, c’était juste une question de mécanique et une question de méthodologie. Nous pensions que ça allait aller plus vite, parce qu’en pensant qu’un certain nombre d’étapes avaient déjà été faites.

Mais on a repris toutes les étapes à zéro pour que une bonne fois pour toutes on ait des comptes clairs, transparents qui reflètent la réalité même de l’institution. Par rapport aux textes, le code électoral, il est prêt depuis. Donc c’est vraiment sur les statuts qu’il y’a eu beaucoup d’allées et venues avec la FIFA.

Et c’est très clair, vous allez voir quand vous allez le recevoir que, dans la note de prorogation, ils ont bien mis en exergue que ç’a été un travail de va-et-vients. Vous savez, le monde du sport évolue, les textes évoluent et même à la FIFA les textes évoluent. Les textes d’hier ne sont pas forcément ceux d’aujourd’hui.

Donc par rapport à la FIFA, ils ont fait 2 genres de revue. La première revue a été de s’assurer que les points essentiels pour la FIFA sont fixés dans les statuts. Il y’a des points essentiels qu’on ne peut pas enlever qui sont des points qui sont commune à toutes les Fédérations mais ils veulent voir ces points-là exister dans les statuts.

Deuxième aspect

Le deuxième aspect, ils ont regardé les aspects innovants qu’on a apportés, et ils ont approuvé certains, il y en a d’autres ils nous ont dit écoutez, votre proposition est intéressante, elle est même valable mais dans le cas particulier de votre Fédération, avec tous les conflits qu’il y’a, si vous les mettez en œuvre, on dira que vous avez envoyé ça pour éliminer certains candidats ou bien pour organiser une fraude électorale.

Et ça, je vais vous donner un point particulier. Quand nous avons fait la revue des clubs, on les a rencontrés tous. Les clubs de district et les clubs de région ont toujours dit qu’ils ne comprenaient pas pourquoi ils n’étaient pas représentés à l’Assemblée générale. Ils ont même fait des propositions.

Fort de ça, nous avons fait une proposition de les intégrer par représentation, au niveau des statuts en tant que membres actifs. Ils (FIFA) nous ont dit, c’est vrai, il faut élargir la représentation mais aujourd’hui si vous le mettez, on va dire que vous avez privilégié peut-être un candidat par rapport à l’autre. Que ce sont les personnes de tel candidat.

Donc ils disent, pour éviter la polémique, une polémique inutile autour, ne le mettez pas. Par contre, on est d’accord sur le principe. Ce principe pourrait être mis en œuvre par le Comité qui sera élu. C’est juste pour vous dire que ça fait des allers-retours. On a eu notre réunion le 18 décembre, on a reçu les textes le 17 décembre à 00h28 minutes.

Pour dire la dernière revue de la FIFA est arrivée le 17 à 00h28 minutes. Donc on ne pouvait pas diffuser un texte sans savoir l’accord de celui qui nous a mandaté, qui est, si j’ose dire, la maison mère, de la FIF qui est tenue de respecter aussi les critères de la FIFA et de la CAF.

Voilà, je pense que ç’a été ça mais le rythme de travail a été intense. On ne peut pas mobiliser des sommités du droit comme Pr Martin Bléou ou comme Me Abbé pour un travail qui ne sera pas à la hauteur. Donc c’est un travail qui a été fait avec tout le sérieux et avec toute la rigueur ».

Source Nouveau Réveil


Laisser un commentaire

Nouveau sélectionneur des Éléphants : La contestation s'enfle au sujet de Louis Gasset et de Faé Emerse,...
Côte d’Ivoire /FIF : Kombouaré dribble tout le monde, Idriss Diallo dans l'impasse, un autre RDV pour ce...
Cameroun : Démission du SG de la Fecafoot, le duel tourne en faveur d'Etoo Fils Samuel
Sacre au FC Barcelone : La super star nigériane Asisat Oshoala, sacré Soulier d'or, conserve son titre
Éléphants de Côte d’Ivoire: Pourquoi Kolo Touré dit non à la FIF

Autres articles